Suspicions au Bocuse d'Or

D'après l'équipe allemande qui concourait, mercredi 24 janvier à Lyon, au 20e Bocuse d'Or, la France aurait "triché" pour surclasser tous ses adversaires cuisiniers, et, de fait, décrocher la première place. Joint à Hambourg par Lyon Capitale, Wahabi Nouri, le candidat allemand, a déclaré (par l'intermédiaire de son épouse qui parle français) que "une heure et demi après le début des épreuves, deux cuisiniers se tenaient derrière le box des Français et ont apporté deux caisses mystérieuses". L'Allemand remet du beurre dans les épinards en ajoutant qu' "à moins qu'il ne soit magicien, le Français n'a pas pu accomplir une telle prestation, irréalisable d'ailleurs de l'avis de plusieurs cuisiners", citant pêle-mêle les Danois, les Norvègiens, les Espagnols et les Autrichiens, respectivement classés 2e, 4e, 9e et 13e du concours.

"Mauvais perdants"

Si Ernst-Ulrich Schassberger, le président des Eurotoques allemandes, confirme, en allèguant que l'équipe du Danemark l'avait également appelé pour lui parler de ces fameuses caisses, il reste néanmoins plus mesuré : "je m'en tiens à la décision du jury qui contrôle le concours, a-t-il expliqué à notre journal. Mais si les faits étaient avérés, il y aurait évidemment une entorse au réglement. L'excellente réputation du Bocuse d'Or en souffrirait alors." Christian Têtedoie, chef étoilé du quai Pierre-Scize (5e) et membre du comité d'organisation est formel : "sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, il y a parfois de la mauvaise foi de ceux qui n'ont pas gagné. S'il y avait eu quoique ce soit passé clandestinement, je vous assure que le candidat aurait été éliminé, français ou pas français".
A la présidence du Sénat où il exerce ses talents de maître-queue, Fabrice Desvignes, grand gagnant de l'édition 2007, ironise : "j'ai 27 points d'avance sur le Danemark et 201 sur l'Allemagne, voilà, c'est tout ! Les Allemands sont de mauvais perdants qui salissent le Bocuse d'Or".

La faute à la neige

En réalité, il y aurait bien eu des caisses qui seraient arrivées dans la cuisine du candidat français, mais seulement deux minutes avant que le candidat français ne commence à cuisiner et ne contenant aucun plat préparé d'avance ou aucune garniture. "La veille du concours, il y a eu beaucoup de neige, empêchant le transporteur du français de venir à Lyon dans les temps, explique Florent Supplisson, directeur du concours. Résultat, c'est par TGV que les caisses, remplies de pièces d'argenterie et de saucières, ont débarqué à Eurexpo. Quand bien même elles seraient arrivés en retard, ça n'aurait rien changé."

Depuis la création du Bocuse d'Or, la France a remporté 6 fois le concours, le double de la Norvège, deuxième au palmarès.

à lire également
Champagne, huîtres, morilles et châteauneuf-du-pape pour la présentation média des Halles du Grand Hôtel-Dieu. "Ici, nous allons inventer les halles de demain et en faire la référence dédiée à la gastronomie". Les yeux bleus de Jean-Paul Pignol brillent. Veste de cuisine au col bleu blanc rouge de Meilleur ouvrier de France bien ajustée, le pâtissier (et […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut