Les végétar(l)iens s'attaquent à Bocuse

L'association de protection animale L214 - proche du végétarisme, du végétalisme et du véganisme - proteste contre les conditions de gavage de certains élevages de la société vendéenne Ernest Soulard, qui possède la boutique Rolle, aux Halles de Lyon Paul Bocuse.

Foie gras, Noël, jour de l'an... Le triptyque en fait saliver plus d'un. Pourtant, dans une vidéo en caméra cachée de 5 minutes, l'association de protection animale L214 n'y va pas de main morte pour noircir ce tableau gourmand. On y voit des hangars d'engraissement de canards, bloqués dans des cages métalliques guère plus grandes que leur taille, bref une production très industrielle. Un ouvrier gave un canard à la pompe hydraulique. Le film zoome sur des volatiles qui souffrent, d'autres carrément morts, le plumage maculé de bouillie de maïs.

Canards élevés en plein air

"Les images ont été tournées dans six élevages sous contrat exclusif avec la société vendéenne Ernest Soulard, assure L214. Ils entrent à 4 kilos et en ressortent à 6, douze jours plus tard."

L'association manifestait ce midi devant les Halles de Lyon Paul Bocuse pointant du doigt la boutique Rolle, filiale de la société Ernest Soulard et dont les foie gras proviennent du groupe vendéen. "On est très indépendant" répond laconiquement le maréchal du foie gras (et du saumon) à Lyon, préférant nous renvoyer sur le service com' de la société mère.

C'est le directeur général que nous aurons finalement. Un brin agacé et dépité, se disant victime d'un "harcèlement". "Ces images ne reflètent pas la réalité, explique Roland Tonarelli. D'ailleurs, je ne sais pas si elles viennent de chez nous." Et le directeur général de corriger "la vérité".

"Les canetons sont d'abord élevés dans des bâtiments chauffés avec de la paille au sol. À 4/5 semaines, ils sortent en extérieur toute la journée, sur un parcours herbeux. Au bout de 12 semaines, ils rentrent en salle d'engraissement (les fameux élevages filmés, NdlR) pour 10 jours d'engraissement ».

La direction de protection de la population contredit L214

"L'association dit qu'il y a une mortalité dans les élevages. Oui, il y en a. Comme de partout. Les services vétérinaires ont montré un taux de mortalité de 0,4 % sur la période incriminée par l'association, contre 2,5 % à 4 % de moyenne nationale. Soulard est même cité comme un bon élève" explique Roland Tonarelli.

La direction départementale de protection des populations de la Vendée (DDPP), dans un courrier du 18 novembre dernier que Lyon Capitale s'est procuré, confirme bien que "'entreprise Soulard est considérée, au vu des contrôles des Servies Officiels, comme présentant une mortalité de canards en gavage en-dessous des taux de mortalité moyens observés dans la filière et en-dessous des seuils officiels d'alerte des services de contrôle".

Dans son film, l'association L214 fait un arrêt sur image sur l'emploi d'antibiotiques - pratique strictement interdite pendant la période du gavage. On peut lire sur une écriteau placardé dans l'un des élevages incriminés : "Agir très vite Erythrovet et Amoxociline. Me prévenir et contacter autres personnes". La direction départementale de protection des populations de la Vendée réponde : "les analyses de recherche des contaminants chimiques, notamment antibiotiques, se sont tous révélées négatives depuis plusieurs années dans la filière palmipèdes gras de Vendée".

"Ils veulent tous nous rendre végétariens !"

Joël Robuchon, le chef le plus étoilé de la planète, a cessé ses relations commerciales avec l'entreprise Soulard "dans l’attente d’une confirmation qu’il n’y a pas d’infractions ou de cas de maltraitance avérés".

Les centaines de cages métalliques alignées laissent néanmoins songeurs. On a effectivement affaire à des méthodes industrielles, tout ce qui nous rebute. Les cages doivent, à vue d'oeil, mesurer 25 cm de large pour 50 cm de haut, la taille d'un canard. Il faut reconnaître aux associations de protection animale d'avoir fait pression pour que le réglementation évolue. À compter du 1er janvier 2016, les élevages de canards gras passeront aux cases collectives. Selon, la DDPP, le groupe Soulard a anticipé la mesure : "Ernest Soulard a développé son propre système de cage collective permettant au canard de battre des ailes".

Et Roland Tonarelli de conclure : "L214, leur objectif est de fermer tous les abattoirs français et de tous nous faire devenir végétariens !".

> Note de synthèse de la direction départementale de la protection des populations de Vendée

Repères

· 19 500 tonnes de foie gras ont été produites en France en 2012

· 97 % de canard

· La France produit 73 % de la production mondiale de foie gras (devant la Bulgarie et la Hongrie)

· 24 % sont exportés, soit 39 millions d'euros d'excédent commercial

· 50 % des achats de foie gras se font en décembre

Sources : FranceAgrimer et Institut technique de l'aviculture.

1 commentaire
  1. poil a gratter - jeu 19 Déc 13 à 9 h 37

    Aucun souci, il suffit d'attendre que le foie français soit devenu trop cher pour être exporté, comme le Rafale, les Peugeot ou le savon de Marseille. En continuant à augmenter les charges et les taxes, ce sont les hongrois, les bulgares et les espagnols qui vont rafler la mise. Mais Montebourg continuera de nous démontrer que manger français est un devoir patriotique.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut