Michel-Havard-C-Tim-Douet_0024_medium

Lyon : Michel Havard renonce à la course aux législatives

Le premier opposant à Gérard Collomb, a annoncé sa décision de se consacrer à sa vie professionnelle. Il quittera bientôt la présidence du groupe Les Républicains à la mairie de Lyon.

"Je ne serai pas candidat aux élections législatives dans la première circonscription". Michel Havard jette l'éponge. C'est ce qu'il indique dans une lettre adressée à ses collègues du groupe Les Républicains à la Ville de Lyon. Il souhaite se consacrer à sa vie professionnelle. "Comme vous le savez, je me suis lancé dans une aventure professionnelle passionnante et aussi très prenante, explique Michel Havard, je vis l’aventure d’une PME, ce dont j’ai toujours eu envie".

Voilà quelques mois que le chef de file de l'opposition à Gérard Collomb était fragilisé au sein de son parti. Depuis que la commission d'investiture Les Républicains avait retoqué sa candidature aux législatives, pour lui préférer celle d'Anne Lorne, plus droitière. Après avoir timidement évoqué une candidature dissidente, la défaite d'Alain Juppé, qu'il avait fait le choix de soutenir, à la primaire, semble avoir scellé son choix. Lui évoque "une décision prise il y a quelques semaines déjà".

Seconde conséquence de cette prise de distance politique, Michel Havard annonce qu'il quittera la présidence du groupe Les Républicains à la ville de Lyon. "J’ai demandé à Dominique Nachury de réunir le groupe la semaine prochaine pour que vous choisissiez entre vous qui pourra remplir cette mission à ma place", précise-t-il dans la lettre adressée à ses collègues. Celui qui était candidat à la mairie de Lyon en 2014 face à Gérard Collomb indique qu'il restera cependant au sein du groupe Les Républicains "à la Ville comme à la Métropole".

Lire aussi : Législatives, un cruel désaveu pour Havard et Hamelin

à lire également
Etienne Blanc
Ce mardi, le tribunal administratif de Lyon annulait le budget 2016 de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à la suite d’un recours déposé par les élus RCES. Si l’opposition se félicite de la décision de justice, l’exécutif préfère y voir une mesure "qui ne changera pas grand-chose".
2 commentaires
  1. FEFI - 4 décembre 2016

    Il fait bien de quitter ce panier de crabes... Après avoir soutenu Sarkozy, ils sont tous derrière Fillon et son programme national-catho d'avant 1936. Pas mieux de l'autre coté, avec la macronite... Mais tous (250élus ARA)sont aller voir le pape aux frais de la République, sans doute pour s'imprégner de ses idées?

  2. Lee75 - 4 décembre 2016

    Je ne le connaissais pas, mais c'est dommage apparemment...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut