L’ex-joueur de l’OL Steve Marlet mis en examen pour viol en réunion


Par Sylvian Baudry
Publié le 12/01/2018  à 12:05
Réagissez

Passé par l’Olympique lyonnais lors de la saison 2000-2001, l’ancien footballeur international français Steve Marlet a été mis en examen ce jeudi à Auxerre. Il est suspecté d’avoir pris part à un viol en réunion en 1997.

Steve Marlet, ancien joueur de l'OL
© FRANCK FIFE / AFP
Steve Marlet, ancien joueur de l'OL

La procureure de la République d'Auxerre, Sophie Macquart-Moulin, a annoncé à L'Yonne républicaine ce jeudi la mise en examen de l'ex-international français Steve Marlet (23 sélections, 6 buts) pour "viol en réunion". L'ex-attaquant de 44 ans a été placé sous contrôle judiciaire. Il est en garde à vue depuis mercredi, en compagnie de deux autres suspects. Un autre accusé, actuellement à l'étranger, est également recherché.

En 1997, Steve Marlet a 23 ans et joue à l'AJ Auxerre. La victime, qui "avait 17 ans à l'époque des faits", selon Sophie Macquart-Moulin, a déposé plainte fin 2012. Jeudi, Steve Marlet a "contesté les faits", comme son avocat, Hervé Temine, lequel a coupé court aux discussions : "M. Marlet réserve ses explications à la justice."

L’affaire classée sans suite en 1997

Au cours de sa carrière, celui qui est aujourd'hui directeur technique du Red Star, son club de cœur, est passé par l'Olympique lyonnais le temps d'une saison. Pendant l'exercice 2000-2001, il avait inscrit 19 buts en 56 matchs, avant de s'envoler pour l'Angleterre et de rejoindre les Londoniens de Fulham.

Le Red Star a d'ailleurs tenu à soutenir Steve Marlet, formé au sein du club francilien : "Le club est dans l’attente des suites judiciaires données à ce dossier mais tient à rappeler la confiance qu’il porte à son directeur sportif, qui a toujours marqué l’ensemble du club par son intégrité, a prudemment communiqué hier soir le Red Star. Par respect pour lui et sa famille, nous espérons donc que le droit à la présomption d’innocence sera respecté, en attendant l’issue judiciaire du dossier."

Il est à noter qu'il y a vingt ans "les principaux mis en cause avaient été entendus, placés en garde à vue, puis libérés", a rappelé le directeur départemental de la sécurité publique de l'Yonne, Thomas Boudault, à L'Yonne républicaine. Ce qui avait mené, à l'époque, au classement sans suite de l'affaire.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?