La fracture Charlie


Par Raphaël Ruffier-Fossoul
Publié le 05/02/2015  à 15:41
4 réactions

Éditorial du n°741 de Lyon Capitale, daté de février, actuellement en kiosques.

Édito ()
© dessin de Enef

Dimanche 11 janvier, j’ai marché comme 325 000 autres Lyonnais et j’ai voulu y croire. Non, ils n’ont pas gagné, ils ne nous monteront pas les uns contre les autres. “On ne voit pas la banlieue.” Mais si, mais si, semblait répondre la foule, digne et déterminée, reprenant espoir en se voyant si nombreuse, mais consciente que notre société est traversée par des fractures devenues béantes. “Un apartheid territorial, social, ethnique”, décrit le Premier ministre, Manuel Valls. Pointer les responsabilités serait une perte de temps, quand c’est chacun, à son poste, qui est appelé à faire ce qui peut l’être.

Pour la première fois sans doute, la société dans son ensemble a réalisé que ces fractures n’étaient pas forcément résorbables. Que l’héritage de la Révolution et de cinq républiques, qui ont tant réussi, tant assimilé de vagues successives de nouveaux citoyens, ne suffirait pas, même avec le temps, à tout régler. Certains diagnostiquent déjà la mort de la République, et appellent à la bazarder au plus vite pour inventer un nouveau modèle communautariste. D’autres théorisent encore une guerre de civilisation, pour ne pas dire une guerre civile...

Sachez-le, et faites le savoir : nous répondrons à toutes les invitations.

Plurielle depuis toujours, l’équipe même de Lyon Capitale n’est pas unanime. Charlie, pas Charlie, marcheurs, pas marcheurs... Mais nous nous sommes immédiatement accordés pour essayer, dans ce numéro, de regarder au plus près ces fractures, tenter de les décrire, les comprendre, en allant dan les écoles, les mosquées, les banlieues, les prisons. Puisqu’il faut imaginer des solutions nouvelles, continuons la mission que le Journal des esprits libres s’est toujours donnée : regarder autant que possible les réalités en face. Et tenter de les raconter dans toute leur complexité.

Une réponse nous a aussi semblé évidente : intervenir dans les écoles, les collèges, les lycées. La démarche a un peu effrayé le rectorat, peu rassuré de voir nos gros sabots faire le détail des “incidents” autour de Charlie. Mais les enseignants, les responsables de CDI nous ont accueillis à bras ouverts, partout où nous avons pu aller. Sachez-le, et faites le savoir : nous répondrons à toutes les invitations. J’étais moi-même dans un lycée technique du centre-ville, après avoir été dans un lycée de Vénissieux. Pendant deux heures, on n’a évité aucun sujet avec cette cinquantaine d’ados dont le seul défaut est de ne pas assez croire en eux. Deux heures passionnantes, où il a fallu rappeler les règles du vivre-ensemble, de la liberté d’expression, de l’humour, la laïcité qui protège la liberté de chacun de croire... ou de “blasphémer”. “On ne les a jamais vus comme ça, aussi attentifs pendant si longtemps. Les plus difficiles habituellement étaient les plus investis dans le débat...” confiait une enseignante à la sortie. Mais c’est à nous, journalistes, que ces échanges ont fait sans doute le plus de bien. Parce qu’ils nous amènent à nous réinventer pour parler à cette génération qui “s’informe” sans journalistes. Et parce que, surtout, ils nous redonnent envie d’y croire.

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.8/5 (4 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
4 commentaires

Petite anecdote : j'ai acheté ce lyoncap il y a 3 jours, j'avais 45min de transport en commun derriere.

Et bien je l'ai feuilleté 3/4min avant de le remettre dans ma sacoche, et j'ai sortie Sciences et Vie car on me regardait d'un drôle d'air dans le bus a cause de la couverture.

Viendra le temps ou meme lire Sciences et Vie deviendra suspect...

Voila l'état de la France aujourd'hui.

Signaler un abus | le 05/02/2015  à 18:11 | Posté par  stivostine69  

Hé oui, ça fait du bien de parler "aux vrais gens" ceux qui sont dans le métro tous les jours, jeunes ou moins jeunes, ils ont tous des choses à dire et à nous apprendre, contrairement à ceux qui s'étalent dans les médias tous les jours, les langues de bois, les sclérosés, les entre soi.... ouvrez les fenêtres, ouvrez les portes.

Signaler un abus | le 06/02/2015  à 00:35 | Posté par  SophieV  

bonne initiative, certainement…

Signaler un abus | le 06/02/2015  à 12:05 | Posté par  FOurs  

Certains humoristes ne me font plus rire!
Ceux qui déclarent qu'il ne faut pas rire des prophètes...On sait que l'on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui...On sait maintenant de qui il s'agit...
Il y a Djamel Debbouze, ou le Pape...
Se moquer des religions est pourtant dans l'ADN de la France. Depuis 1789, n'en déplaise aux réactionnaires de toutes sortes et autres nostalgiques de l'Ancien Régime...
Un esprit doté de raison peut bien rire quand on lui dit que l'un a marché sur l'eau ou que l'autre se déplaçait sur un cheval ailé...
Gardons notre ADN, pour ne pas sombrer dans l'obscurantisme.

Signaler un abus | le 07/02/2015  à 11:47 | Posté par  Jean Jaurès  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.