Réouverture du cinéma CNP Bellecour

Après neuf mois de travaux, le CNP Bellecour a rouvert ses portes pour le bonheur des cinéphiles lyonnais. Le point sur ce qui a changé.

Il aura fallu moins d'un an de travaux au CNP Bellecour pour faire peau neuve. À l'occasion du festival Lumière, le cinéma d'art et d'essai a rouvert ses portes, flambant neuf. Les trois salles ont connu des changements techniques, notamment pour améliorer la qualité de son, et les écrans peints sur les murs ont été remplacés par des dispositifs numériques.

Cosy et confortable

Concernant l'ambiance des salles, un jeu de couleurs a été décidé ainsi que pour le CNP Terreaux, qui n'ouvrira qu'en décembre ou janvier selon l'avancée des travaux. Le CNP Bellecour est rouge, celui des Terreaux sera noir et le cinéma La Fourmi, dans le 3e arrondissement, teinté d'un bleu nuit. À noter que parmi les trois établissements, seul le CNP Terreaux pourra être accessible aux personnes à mobilité réduite.

"Nous avons tout refait. Ce que nous voulions avant tout, c'est redonner aux Lyonnais l'espace qu'ils connaissaient, quelque chose de cosy, de confortable. Pour plus d'espace et de confort, quelques sièges ont été retirés, surtout ceux placés derrière les poteaux", a expliqué Sylvie Da Rocha, directrice de l'établissement depuis juillet dernier.

Faire revivre les salles de proximité

Sylvie Da Rocha est bien placée pour parler de l'histoire du lieu, qu'elle fréquentait déjà pendant ses années d'études en sciences politiques et en portugais à Lyon. Si elle ne s'occupe pas directement de la programmation, confiée l'été dernier à Martin Bidou, elle confirme que la priorité est donnée au documentaire, aux œuvres d'art et d'essai ainsi qu'au jeune public, notamment grâce à la mise en place d'ateliers.

D'autres projets font encore leur chemin, comme les concepts de soirée-surprise ou de ciné-concert… "L'idée, c'est surtout de faire revivre les salles de proximité et de donner envie aux gens de reprendre le chemin du cinéma. Il faut continuer à sortir dans les salles de cinéma pour voir des films."

Programmation et renseignements ici
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut