Ida Lupino
Ida Lupino dans “Le Grand Couteau” © Action Cinéma

Festival Lumière 2014 : le choix d’Almodovar

Cette fois c’est bon, nous connaissons le prix Lumière 2014. Après Tarantino, c’est l’Espagnol Pedro Almodovar qui recevra la précieuse distinction en octobre prochain.

Difficile de succéder à Tarantino ?

“Comment faire aussi bien que l'année précédente ?” C'est la question que Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière, n'a cessé de se poser lors de la conférence de présentation du prochain festival Lumière, ce jeudi matin.

Si Pedro Almodovar a été choisi pour recevoir le prix Lumière en 2014, c'est pourtant bien Quentin Tarantino, lauréat l'an dernier, qui était dans tous les esprits. Une chose est sûre, après le grand succès remporté par l'édition précédente, Thierry Frémaux a à cœur de réussir ce festival 2014.

Pas facile donc de tourner la page et de “faire mieux”, selon les termes du directeur de l'Institut. Au début de la conférence, il est longuement revenu sur l'édition précédente, vidéos retraçant les moments forts de la venue de Tarantino à l'appui.

Almodovar, aussi cinéphile et “sexy” que Tarantino

Malgré cette pression, le choix du cinéaste Pedro Almodovar apparaît finalement comme une évidence. Qui mieux que lui aurait pu succéder à Quentin Tarantino ? Les points communs entre les deux hommes sont frappants.

La cinéphilie d’Almodovar est saisissante, comme l’est celle de son homologue américain : depuis ses débuts comme membre du courant de la Movida – un mouvement culturel qui marque la transition démocratique en Espagne, dans les années 1980 – Almodovar s’empare des grands maîtres pour leur rendre hommage. Hitchcock, Bergman, Mankiewicz… nombreux sont les réalisateurs qui l’inspirent.

Comme Tarantino, Almodovar sait aussi superbement filmer les gens, surtout les femmes. Dans ses chefs-d’œuvre (Tout sur ma mère, Talons aiguilles, Etreintes brisées, Volver ou encore Parle avec elle), le successeur de Buñuel parle, comme personne, des relations mère-fille, des mœurs et de la sexualité, des plaisirs, des souffrances... Pour accompagner le réalisateur de La Piel que habito ou Les Amants passagers (ses films les plus récents), le festival invite sa muse Pénélope Cruz, tout comme Tarantino avait reçu la visite d’Uma Thurman, l’année dernière.

Et les femmes dans tout ça ?

Ida Lupino dans “Le Grand Couteau” © Action Cinéma

Ida Lupino dans “Le Grand Couteau” © Action Cinéma

Si le prix est de nouveau décerné à un homme cette année (nous en parlions ici), les femmes seront quand même représentées dans le festival avec un hommage rendu à Isabella Rossellini et à Ida Lupino.

Le festival Lumière comme temple de la cinéphilie

Fidèle à sa tradition, l'édition 2014 du festival Lumière s'annonce toujours aussi prometteuse avec une programmation qui devrait nous garantir de grands moments de cinéma.

Clint Eastwood dans “Pour une poignée de dollars”, de Sergio Leone

Pour une poignée de dollars.

Un des rendez-vous clés du festival, ce sont les rétrospectives. Cette année, trois personnalités du 7e art sont mises à l'honneur : les cinéastes Frank Capra et Sergio Leone et, moins attendu, le Français Claude Sautet, l'“Ozu français” selon Thierry Frémaux.

Prix Lumière, Pedro Almodovar présentera également son “histoire du cinéma”, une “histoire personnelle du cinéma mondial” d'après Thierry Frémaux.

Autres personnalités du cinéma mises à l’honneur cette année : Coluche, “trop souvent réduit à L'Inspecteur la Bavure ou à L'Aile ou la cuisse, dixit Thierry Frémaux, et Ted Kotcheff (connu notamment pour le premier Rambo).

Enfin, les plus courageux pourront profiter d'une Nuit Alien : les quatre films de science-fiction/horreur seront projetés à la halle Tony-Garnier.

“Sans la musique, le cinéma serait une erreur”

Reprenant cette citation du philosophe allemand Nietzsche, Thierry Frémaux annonce un festival 2014 très musical. Outre les habituels ciné-concerts à l'Auditorium, seront mis en avant Michel Legrand (compositeur, entre autres, des Parapluies de Cherbourg et des Demoiselles de Rochefort) et Catherine Frot, qui reprendra des chants de Boby Lapointe dans un “concert préparé et improvisé”.

Festival Lumière 2014 – du 13 au 19 octobre, à Lyon.
La soirée d’ouverture aura lieu à la halle Tony-Garnier le lundi 13, à 19h45. Pour réserver une place, c’est ici.
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut