Sommet Climat et Territoires : "Il faut réveiller les décideurs"

Alors que le sommet mondial "Climat et Territoires" débutera demain à Lyon, Pierre Cannet, responsable du programme "Climat, énergie et infrastructures durables" au sein de la WWF nous a confié son point de vue sur les enjeux de cet événement, en prévision de la grande conférence sur le climat (COP 21), qui aura lieu à Paris au mois de décembre 2015.

Afin de préparer le futur sommet sur le climat de Paris, de nombreux acteurs politiques, associatifs et privés participeront aux débat durant deux jours les 1er et 2 juillet prochains dans l'hôtel de la région Rhône-Alpes à Lyon. Pour ce sommet, la WWF sera copilote de l'atelier autour des forêts, sur lequel elle travaille depuis plusieurs mois. Durant le sommet, dix thèmes seront abordés dont la déforestation. "Il faut travailler au corps thème par thème, ce qui est fait de bien sur le territoire pour identifier les leviers et les freins. Ensuite, il est facile de demander plus d'investissement des cadres réglementaires et d'intégrer le citoyen. C'est aussi l'objet du prochain sommet de Lyon que de mettre en lumière ces leviers et ces bonnes mesures qui sont prises partout dans le monde", a déclaré Pierre Cannet.

Face au dérèglement climatique et aux enjeux de la protection de l'environnement, ce sommet aura pour but de "réveiller les décideurs" à cinq mois du sommet de la COP 21 : "On attend un sursaut de la part de nos décideurs, qui leur permettrait d’aller plus loin dans l'action et dans l'explication. Nous voulons leur dire que la transition énergétique est en marche dans les territoires et qu'elle comporte des bénéfices pour tous les acteurs. On a besoin que les dirigeants du monde écoutent les propositions, les bonnes idées, pour qu'ils prennent des mesures et se donnent les moyens d'aller plus loin. Il faut réveiller les gouvernements parce qu'ils sont responsables de la mise en place des mesures qui vont dans le bon sens", a-t-il ajouté.

"Un accord ne s'achète pas, il appartient au peuple"

Un sommet axé sur l'éducatif, qui est là pour éveiller les consciences. De nombreux hommes politiques du monde entier seront présents pour participer aux débats, mais aussi pour s'informer dans l'optique de la COP 21 de Paris. Ce sera le cas de François Hollande, mais aussi de Gérard Collomb, Nicolas Hulot, Alain Juppé, Christiana Figueres (Secrétaire exécutive de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) et bien d'autres personnalités politiques mondiales. Dans la prochaine conférence sur le climat de Paris, la charge de la preuve sera inversée, le focus sera mis sur les Etats et non sur l'accord final, comme nous l'a expliqué Pierre Cannet : "Aujourd'hui, à la différence du Sommet de Copenhague, les pays sont invités à poser leur Plan climat pour les prochaines années. Ils ont la possibilité de communiquer sur leurs objectifs à moyen et long terme. Le focus sera mis sur ce que les pays sont prêts à faire, et moins sur l'accord mondial final. La responsabilité est aujourd'hui sur les Etats. L'accord ne servira à rien s'ils ne s'engagent pas sur des chiffres précis."

D'autres acteurs plus étranges, bien que régulièrement partie-prenantes dans les conférences sur l'écologie ou dans le sponsoring écologique, seront aussi présents. GrDF, ENGIE, EDF, Veolia, Schneider Electric ou Air France, seront mécènes de ce sommet. Des entreprises parfois décriées sur le plan écologique, qui cohabiteront avec des associations et des ONG qui militent pour la défense de l'environnement. Un mélange des genres qui pose question. Sur ce point, Pierre Cannet s'est voulu ferme et clair : "Un accord ne s'achète pas, il appartient au peuple." Cependant, selon lui, cette présence n'est pas dérangeante si elle est constructive : "On va leur poser des questions. Si vous êtes là et si vous financez ce sommet, alors êtes-vous prêt à signer un accord pour favoriser les énergies renouvelables plutôt que les énergies fossiles ? Si vous soutenez un avenir durable, alors donnez-nous des gages pour ne pas dépasser la hausse de 2°C de la température, en respectant le budget carbone mondial restant ?"

"Aujourd'hui, il n'y a plus d'autres choix que d'aller vers les énergies durables"

Selon les scientifiques, sur les 2/3 du budget carbone mondial disponible, il reste aujourd'hui moins d'1/3, soit moins de 1000 gigatonnes. Si ce budget est épuisé d'ici 2030, la hausse de la température dépassera les 2°C, avec des conséquences catastrophiques sur l'environnement, dans le monde entier.

Pour le responsable du programme "Climat, énergie et infrastructures durables", la présence de ces entreprises sera un bon moyen de leur montrer les avantages qu'elles ont à tirer des énergies durables : "Leur présence est un moyen de les mettre face à l'impératif climatique. Aujourd'hui, il n'y a plus d'autres choix que d'aller vers les énergies durables. Les études économiques sur les impacts climatiques sont très claires : les énergies fossiles sont un mauvais calcul sur le long terme. Alors qu'il y a de nombreux intérêts à se diriger vers les énergies durables".

à lire également
A Lyon, les activistes de l'organisation ANVCop21 ont rencontré des salariés des agences locales de la Société Générale. Cette initiative vise à les sensibiliser sur le soutien apporté par leur employeur au financement du gaz de schiste. La 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, autrement dit la […]
3 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 30 juin 2015

    Comment fait-il, l'organisateur du sommet, pour remplacer la manne financière issue des taxes pétrolières ? Il taxera quoi ? L'énergie qu'on ne dépensera pas ? . La décroissance est une obligation, mais la décroissance est incompatible avec un monde monétaire qui a besoin de 'toujours plus'. . Et on parle du CO2, mais le méthane est un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant ! Le permafrost qui se réchauffe en rejette en masse actuellement. Mais comme ce problème n'a pas de solution commerciale (le greenbizness est impuissant), personne n'en parle aux masses.

  2. philippejamel - 1 juillet 2015

    bonjour,en ce 1e juillet et premier jour du sommet climat et territoiresje suis passé en train devant des champs, pendant des kilomètres, noyés avec de l'eau versée en plein soleil, j'arrive sur lyonil fait chaud, je viens donc d'acheter une petite bouteille d'eau 50cl à 2.60 euros dans une cafeteria de la gare de Lyon part dieu. cela fait cher le mètre cube.je viens de passer devant l’hôtel de région pour aller voir le musée des confluences mais en voiture car il n'y a pas une halte de train TER SNCFje viens d'apprendre que les primes 'voitures électriques' de 10000 euros du gouvernement ne concernent que les habitants de la ville et non les travailleurs éloignés qui viennent en ville (et cela ne concerne pas les petits twizy etc ....)...

  3. Fred_75Lyon - 1 juillet 2015

    @ phillipejamel:De la gare à Confluence la voiture ne s'imposait pas vraiment. Mais sinon d'accord avec vous sur le scandale (un de plus et qui dure depuis des années) de l'arrosage des champs (pour le bétail en général !) de maïs arrosés en plein soleil. On en voit effectivement plein par exemple sur l'A43 entre Lyon et Bourgoin-Jallieu... Quel est le pourcentage d'évaporation de cette eau vus les températures actuelles ? Pourquoi les agriculteurs n'effectuent pas ces arrosages la nuit en programmant ? Hollande, lui, après être arrivé depuis Paris en avion Falcon ira prendre à Saint-Exupéry son Airbus pour ses prochains voyages. Un président normal.Continuons, on est sur la bonne voie.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut