Une classe de collège
© Tim Douet

Saignée annoncée pour les classes bilangues de l’académie de Lyon

Si le ministère de l’Éducation nationale annonce le maintien de 70 % des classes dites “bilangues” sur l’ensemble du territoire, les enseignants prévoient de fortes disparités régionales. Dans l’académie de Lyon, les remontées de terrain évoquent la suppression de sept classes sur dix.

Classe de collège © Tim Douet

© Tim Douet

Les classes dites "bilangues", permettant à 16 % des élèves d'apprendre deux langues dès la 6e, sont au cœur de la réforme du collège portée par la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Jugé élitiste, le dispositif va être modifié, avec, à la clé, la suppression d'une partie de ces classes. Au grand dam des opposants à la réforme, qui déplorent un nivellement par le bas.

Devant la levée de boucliers dont ce pan de la réforme fait l'objet, la ministre a assuré cette semaine que 70 % des classes seraient maintenues. Mais ce chiffre global cache des disparités locales criantes.

136 classes maintenues à Paris, 3 à Caen

L'association d'enseignants germanistes Adaef (Association pour le développement de l'enseignement de l'allemand en France), particulièrement vigilante sur ce sujet puisque les trois quarts des classes "bilangues" sont des classes anglais/allemand, avance ainsi des statistiques éloquentes. Des chiffres à prendre avec du recul, les remontées de terrain sur lesquelles ils se basent n'étant que partielles, mais qui donnent une idée de ces inégalités.

Adaef classes bilangues

Adaef
Adaef classes bilangues

Ainsi, l'Adaef indique qu'à Paris l'ensemble des 136 classes "bilangues" seraient maintenues quand, dans l'académie de Caen, 57 sur 60 (soit 95 %) seraient supprimées. Dans l'académie de Lyon, l'association avance le chiffre de 69,9 % de suppressions, soit près de sept classes sur 10. Le ratio est encore supérieur (78,4 %) dans celle de Grenoble. L'Auvergne semble en revanche préservée. Moins de deux classes sur dix (15 %) seulement devraient disparaître.

Les élèves “bilangues” et les autres ensemble en 5e

Les professeurs dénoncent par ailleurs un maquillage sémantique faisant croire au maintien des classes "bilangues", alors que ces dernières ne le sont qu'en 6e, par des classes "bilangues" dites "de continuité". Les élèves seront ensuite basculés dès la 5e dans des classes "normales" où ils pourront choisir une des deux langues apprises comme LV2, puisque la réforme prévoit d'avancer d'un an l'enseignement de cette deuxième langue, qui débute aujourd'hui en 4e. Des modifications loin de mettre en valeur l'apprentissage précoce de plusieurs langues étrangères pourtant prôné dans les mots.

à lire également
Dessin Education Lyon Capitale 787 © Isacile
“T’inquiète, je gère...” Communiquer avec un adolescent n’est pas toujours facile. Écouteurs vissés sur les oreilles, le nez sur son portable, il ne semble pas vraiment disposé à échanger et ses parents doivent souvent se contenter de réponses laconiques. Pourtant, un autre dialogue est possible. Grands principes et petites astuces pour rétablir la communication. “Ouais, vite fait !”
1 commentaire
  1. cerise69 - 24 janvier 2016

    Quelle sottise, c'est à cet âge qu'on apprend plus facilement! Comme j'ai regretté, enfant, de devoir toujours attendre pour apprendre ceci ou cela, car les programmes étaient déjà allégés...Et plus tard, on est distrait par d'autres choses, on a plus de mal à apprendre la partie plus ingrate d'une discipline, les 'gammes' en quelque sorte. C'est vraiment du gâchis. Sous prétexte de ne pas faire d' 'élitisme', on sacrifie des gamins.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut