Mes rendez-vous avec les pieds nickelés, du CSA à l'Élysée

Norbert Balit ()

© JACQUES DEMARTHON / AFP

Michel Boyon, dont le mandat à la tête du CSA s’achèvera le 24 janvier, a tenu à nous faire savoir, le 16 décembre 2011, que si notre projet était "particulièrement intéressant", il fallait "absolument être accompagnés par un grand professionnel de la télé pour être vraiment certains d’obtenir la chaîne" et "surtout bien le mettre en avant le jour de l’audition". C’est ainsi qu’il nous fera appeler, trois jours plus tard, pour nous transmettre une liste "secrète" de quatre noms : Xavier Gouyou-Beauchamps, ancien président de France Télévisions (né en… 1937), Claude-Yves Robin, ancien directeur général de France 2 et de France 5, Henri Pigeat, ancien président de l’AFP (dans les années 70/80) et un certain Norbert Balit (en photo), vers lequel allait sa préférence. Suite croustillante de nos pérégrinations, du CSA en passant par l’Élysée, ce qui au fond est la même chose. PAF : quand le documentaire dépasse la fiction.

Début janvier 2012, je rencontre donc Norbert Balit (ici) à mon bureau parisien. L’homme est obséquieux, d’une allure très soignée, ongles impeccables et manières apprêtées. Je n’en ai jamais entendu parler avant. "Comme vous le savez, à une voix près j’étais élu président de France Télévisions" est l’une des premières phrases qu’il prononce en me serrant la main, ajoutant aussitôt "j’ai aussi été otage au Liban, quand j’étais grand reporter de guerre pour TF1". D’emblée, cette présentation me paraît suspecte, mais je sais bien que dans ce petit monde de la télé, les egos sont surdimensionnés…

Norbert Balit participe à trois de nos réunions, de la fin janvier 2012 au 17 février 2012, plus un rendez-vous surréaliste dans un café avec les syndicats de producteurs, que je raconterai peut-être un jour. Une "collaboration" par conséquent très brève, tant nos philosophies sont différentes, tant je serai choqué par ses comportements. Cette séparation, que j’ai voulue en douceur, est toutefois assombrie par un coup de fil le 20 février à 21h18, durant lequel Norbert Balit se montre limite menaçant. Comme il est d’usage dans ce monde formidable peuplé d’amis formidables, on passe très vite au tutoiement : "Ne t’avise pas de raconter je sais pas quoi sur moi, je te préviens, ça me revient déjà aux oreilles" me lance-t-il sur un ton comminatoire, censé me faire peur. Je lui réponds, sur un air outragé : "Si quelqu’un te rapporte quoi que ce soit tu m’avertis, on l’appelle ensemble. Je suis comme toi, j’ai des valeurs Norbert". Ce sera notre dernier échange.

"Je peux l’appeler quand je veux, j’ai son portable"

En réalité, durant nos réunions de travail, il se moque bien de savoir quel est notre projet, et on ne peut pas dire qu’il ait jamais lancé la moindre petite idée, je ne suis même pas sûr qu’il ait lu le dossier D-Facto. Son truc à lui, c’est le carnet d’adresses, à chaque sujet abordé il lance "je connais le patron, c’est mon grand ami, je peux l’appeler quand je veux, j’ai son portable". C’est ainsi que le 6 février à 10h00, nous serons reçus tous les deux à l’Élysée par Camille Pascal (en photo), plume, avec Henri Guaino, de Nicolas Sarkozy.

Camille Pascal fut successivement directeur de cabinet de Dominique Baudis au CSA (2001), secrétaire général de France Télévisions (2007), puis directeur de la communication du même groupe (2008) ; il sera en fait le bras droit de Patrick de Carolis. Pour bons et loyaux services, Nicolas Sarkozy le nommera le 3 mai 2012 au… Conseil d’État ! Eh oui, nous sommes bien en France, pays champion toutes catégories des conflits d’intérêts. Dans son ouvrage, Scènes de la vie quotidienne à l’Élysée, Camille Pascal écrit que lors de son entretien d’embauche -dont il affirme ignorer la finalité- Nicolas Sarkozy s’intéressait particulièrement à l’affaire Alègre/Dominique Baudis (ici). Cette affaire, dont l’ancien maire de Toulouse avait été l’objet, fascinait littéralement Sarkozy, trop heureux de pouvoir faire un parallèle pour se victimiser dans l’affaire Clearstream (ici).

Cela me rappelle une anecdote assez incroyable. En 2003, je me trouve au Conseil Économique et Social, juste à côté d’un conseiller du CSA, dont je ne dévoilerai pas le nom, par pudeur et parce que dix ans se sont écoulés, il y a prescription. L’affaire Alègre/Baudis vient juste de démarrer. Ce conseiller m’est présenté et, après quelques échanges de circonstance, j’évoque brièvement "l’affaire", sur le mode "ça ne doit pas être facile pour votre président, en ce moment". Contre toute attente, le "Sage" me répondra : "Vous savez monsieur, il n’y a pas de fumée sans feu". Avec de tels amis, on n’a certes pas besoin d’ennemis et ceci nous éclaire sur les us et coutumes de ce petit monde charmant, guère effrayé par les crocs de boucher.

Dans les tourbillons antiques de la Sicile

Camille Pascal ()

©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Philippe de Poulpiquet
Camille Pascal, conseiller audiovisuel à la présidence de la République.

Toujours est-il qu’à l’Élysée, en cette matinée hivernale, je ne suis pas au bout de mes surprises. Je tombe même de Charybde en Scylla, l’expression est adéquate, tant je me sens comme pris dans les tourbillons antiques de la Sicile. Camille Pascal nous accueille dans sa "soupente" du 4e étage du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré. Une photo de Benoît XVI jouxte un portrait de Carla Bruni sur la cheminée. Tout à sa flagornerie, Norbert Balit lance, "j’adore cette photo, elle est magnifique", sans que l’on sache à laquelle il fait allusion, puis il enchaîne "notre cher président va bien ?". "Ah ça, on peut dire, oui, qu’il a la forme… Il n’arrête pas, il a la forme ça c’est certain, avec tous les discours que je dois lui écrire". Comme le temps nous est compté, Camille Pascal entre immédiatement dans le vif du sujet.

"Bon, nous ne sommes pas dans une réunion de gitans qui vont se dire la bonne aventure. Quoi qu’on en dise, concrètement, TF1, M6, NRJ, L’Équipe TV et BFM auront leur canal, il y aura donc un seul nouvel entrant". Rappelons que ce discours, pour ce qui regarde les heureux élus, diffère légèrement de celui tenu quelques jours plus tôt par Patrick Buisson (ici), mais je ne relèverai pas, laissant Camille Pascal poursuivre. Je ne serai pas déçu. "Vous avez des chances sérieuses d’être ce nouvel entrant. J’ai lu votre projet, il tient vraiment la route, il comblerait un grand vide et il nous intéresse beaucoup, notamment dans sa dimension « utilité sociale », une valeur hélas délaissée par le service public".

Une vache à lait

S’ensuit un passage en apparence plus obscur. "Le consultant que vous avez choisi est un solide atout, il domine son sujet et connaît bien les arcanes du CSA. Quant à Norbert, il a un très bon réseau et avec son projet de chaîne dans le sud, que vous acceptez, si j’ai bien compris, de soutenir et pour lequel l’Élysée pousse aussi… eh bien tout ça ferait sens, dans la mesure où l’un pourrait diffuser 50 % des programmes nationaux de l’autre". En clair, Norbert Balit, qui a pour projet de répondre à un appel à candidatures du CSA pour une chaîne locale dans le sud-est de la France, se sert de nous auprès du pouvoir. Dans son esprit, il apporte une belle vache à lait susceptible de financer la moitié de ses programmes, en contrepartie l’Élysée est censé lui accorder sa fréquence de télé locale… et du même coup nous accorder une chaîne nationale sur la nouvelle TNT. Bref, un marché de dupes pour le moins alambiqué, que Norbert Balit tentera de nous faire signer par contrat, j’y reviendrai.

Camille Pascal poursuit : "L’Équipe TV a bien plus de légitimité que BFM sur le sport et donc on devrait donner à Weill RMC Découverte. Pour éviter un combat frontal avec BFM, il conviendra à l’oral du 8 mars de vous différencier, de ne pas vous cantonner aux documentaires mais de préciser le propos. Vous devrez vous présenter comme la chaîne du décryptage de la société, c’est ce qui fera la différence". Je lui réponds alors : "Ça alors ça tombe bien, c’est précisément le cœur de notre projet, on a donc notre chaîne, c’est bien ce qui me semblait mais je suis heureux que vous me le confirmiez aujourd’hui". Le regard un peu fuyant derrière les lunettes rondes de celui qui veut être pris pour l’intellectuel qui compte, Camille Pascal, un brin gêné (un reste de culpabilité catholique ?) –et comprenant sans doute à ce moment précis qu’il s’était lui-même piégé- se croit obligé de me lancer : "Compte tenu des progrès techniques en termes de compression, je suis convaincu qu’un nouvel appel à candidatures aura lieu à l’horizon 2014-2015. Si vous n’êtes pas retenu cette fois-ci, vous aurez pris date et serez identifié par le CSA pour le prochain coup". Cuites cuites, les carottes sont cuites.

Dix jours plus tard, soit le 16 février 2012 à 20h07, Norbert Balit m’enverra le courriel suivant :

--------

De : Norbert BALIT

Objet : Contrat N.B.

Date : 16 février 2012 20:07:43 HNEC

À : Didier Maïsto

Bonsoir Didier,

Ci-joint le projet de contrat dont je t'ai parlé.A charge pour vous et moi de le compléter.

N'oublies (sic) de demander au réalisateur le support des images qu'il souhaite.

Je te souhaite une bonne soirée.

A demain.

Amicalement.

Norbert.

---------

En pièce jointe, je trouve le contrat "amicalement" évoqué par Norbert Balit, qui se révèle hallucinant. Outre les nombreuses fautes d’orthographe, les 4 pages au format Word semblent être un assemblage de divers documents antérieurs. On peut notamment y lire : "Ancien grand reporter, présentateur, rédacteur en chef, directeur de l’information, créateur d’émissions, directeur d’antenne et de programmes, directeur général de chaînes, producteur et réalisateur, Monsieur Norbert BALIT dispose aujourd’hui, pour sa part, d’une expérience particulièrement reconnue dans le monde des médias, publiques (sic) et privés, et dans le monde de l’audiovisuel en particulier".

Quand on se trompe, c’est au moins d’un zéro

Ce journaliste d’exception, qui semble nettement plus à l’aise avec les chiffres qu’avec les lettres, souhaite, en substance, obtenir d’ores et déjà 30 K€ HT pour les trois réunions auxquelles il a participé (soit 7,5 K€ de l’heure)… et être nommé directeur général de la future chaîne D-Facto, moyennant 350 K€ de rémunération fixe annuelle nette, hors notes de frais, véhicule de fonction et tout le toutim (ces deux points m’étant précisés par l’intéressé le lendemain au téléphone). Mieux, il exige que l’on s’engage à garantir à sa société, Adamis Production, un chiffre d’affaires annuel minimum HT de 2 millions d’euros et ceci pendant toute la durée au cours de laquelle il exercera ses fonctions au sein de ladite chaîne, toute séparation en cours d’année civile nous obligeant à régler une année complète…

Enfin, toujours selon ce document grotesque, que je relis, incrédule, une dizaine de fois, nous serions tenus de nous engager à financer ses futures chaînes locales de Nice et Toulon (deux et non plus une), tout en convenant "expressément que Monsieur Norbert BALIT pourra assurer la responsabilité des deux chaînes locales précitées en complément des responsabilités confiées au titre de la chaîne nationale". Cerise sur le gâteau, dans l’hypothèse où notre projet de chaîne TNT ne serait pas retenu par le CSA… nous serions quand même tenus de financer les deux chaînes locales. Le lendemain, j’indique donc à Norbert Balit au téléphone, de façon courtoise mais définitive, que nous en restons là. Comme le dit mon expert-comptable, quand on se trompe, c’est au moins d’un zéro.

"Franchement, c’est jouable"

Deux jours avant cet épisode, soit le 15 février 2012, je déjeune près de la Maison de la Radio avec une vieille connaissance, perdue de vue depuis plus d’une décennie et devenue entre temps collaboratrice du CSA (cf. précédents articles, ici). Ce jour-là, elle m’apprend que c’est elle qui a soufflé le nom de Norbert Balit à Michel Boyon. "Tu comprends, me dit-elle, on essaie d’aider quelques amis à reprendre pied dans le système en les intégrant à des projets de chaînes". Prudent, je m’ouvre a minima sur les difficultés rencontrées avec notre grand reporter de guerre et sur mes doutes sérieux quant à la poursuite de notre "collaboration". "Oh, ne t’inquiète pas, je connais les limites du personnage et aussi son ego démesuré, tout à fait dans la moyenne du milieu, me confie-t-elle. C’est un mondain qui est absolument de tous les cocktails et de toutes les soirées. Mais c’est comme ça dans le milieu, ils sont tous pareils, c’est aussi pour ça qu’il sera un atout le jour de votre audition, parce qu’il sera reconnu par ses pairs comme un des leurs… Tu comprends ?". Oh oui, je comprends. Cinq sur cinq. Cet échange m’incitera d’ailleurs à me séparer très vite de Norbert Balit, le contrat envoyé par ce dernier n’étant qu’une confirmation de ce qu’il me répétait depuis une semaine. On ne pourra jamais s’entendre. Incompatibilité absolue.

Avec le recul, certaines conversations n’en deviennent que plus savoureuses. Je ne résiste donc pas au plaisir de relater une (petite) partie de ce déjeuner du 15 février 2012…

---------

DM : Je ne veux pas te mettre en porte-à-faux.

XX : Tu plaisantes ? N’hésite jamais à m’appeler, franchement c’est jouable !

DM : Tu crois ? Ce n’est pas mon analyse.

XX : Mais si ! Le jeu reste complètement ouvert ! A ce stade, il semble difficile de ne pas attribuer de canal à TF1 et à M6, car il s’agit pour le CSA de consolider ces groupes, qui restent fragiles quoi qu’on en dise. Mais pour le reste, absolument rien n’est fait.

DM : Écoute, on sait tous les deux que Sarko va perdre. Il faut que le CSA ose, pour une fois, qu’il ose la qualité, qu’il s’émancipe, qu’il surprenne… Boyon aura au moins ça à son actif.

XX : C’est vrai, il veut laisser une trace… Mais il est persuadé que Sarko sera réélu… même s’il ne prend pas ses ordres à l’Élysée. D’ailleurs l’Élysée n’appelle jamais.

DM : Ce n’est pas ce que m’a dit Buisson.

XX : Pff ! Buisson, c’est la droite dure et Boyon n’en fait pas partie. Gélinet (ici) est proche de Buisson, c’est sûr, mais avec l’âge il s’est bien radouci.

DM : J’aimerais te croire, mais j’ai mes infos…

XX : Bon, il y a des renvois d’ascenseur, comme partout. Mais les conseillers du CSA sont assez indépendants et même assez frondeurs. Plus on leur conseille tel ou tel, plus ils prendront le contre-pied pour affirmer leur indépendance. Le lobbying lourdingue c’est contreproductif, il faut que vous restiez discrets.

DM : Mais tous les retours que j’ai me font penser le contraire… TF1 et M6 c’est fait, Chérie et L’Équipe, c’est fait, RMC Découverte et TVous la diversité, c’est fait !

XX : Je te confirme que la Diversité de Pascal Houzelot intéresse vraiment le CSA. Mais pour RMC Découverte rien n’est fait, car le CSA juge Weill quand même très low cost et puis l’affaire de l’abandon de La Tribune ne l’aide pas.

DM : Oui, je connais bien le dossier.

XX : En fait, nous avons été soulagés de constater que Canal Plus ne demandait rien. C’est vrai, ils ont racheté deux chaînes et on ne l’a su que trois heures avant le communiqué de presse, tu te rends compte !

DM : Canal, ça reste quand même une chaîne moins con que les autres.

XX : C’est vrai, on est souvent en désaccord avec eux mais Bertrand Méheut est un type brillant et respectable, c’est le seul aujourd’hui qui a une vision construite du secteur, il sait où il va et il y va.

DM : Alors… Puisque tout reste ouvert… Tu as d’autres conseils ?

XX : À l’audition, donnez bien du "Monsieur le Président" et du "Mesdames et Messieurs les Conseillers". Le dispositif pour sourds et malentendants, le médiateur, la déontologie, sont tout sauf des gadgets, c’est au contraire déterminant. Votre dossier est bien construit, votre groupe est financièrement solide… Franchement, c’est jouable.

-------

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut