Jean-François Carenco © tim douet_0067
©Tim Douet

Le préfet Carenco écrit à Lyon Capitale, qui lui répond

Le préfet de la région Rhône-Alpes, Jean-François Carenco écrit à Lyon Capitale, qui lui répond : les deux courriers en intégralité.

5 commentaires
  1. Sophie_Lyon - 24 novembre 2013

    Le préfet écrit au rédacteur en chef et c'est le directeur de la publication qui répond, on a un ego ou pas ! Carenco a raison sur ce sujet, marre des unes racoleuses, des médias qui tournent en boucle une info de façon à créer de la peur et de l'angoisse, qu'il s'agisse de Lyon Capitale ou pas.

  2. grandlyonnaise - 24 novembre 2013

    MERCI à LYON CAPITALE, qui fait partie de la trop rare presse libre, non aféodée à la baronnie locale soutenue par les frères de toute espèce dont l'auteur du courrier ci-dessus qui, à lire a double sens, voudrait contribuer encore plus à nous projeter dans le mur sans que ce soit visible !MERCI encore à LYON CAPITALE pour votre distance par rapport aux bobos lyonnais, ce qui assure à vos lecteurs l'objectivité et l'investigation d'une presse 'indépendante' non seulement en apparence

  3. guignol69 - 24 novembre 2013

    1 Journée sans PV. Le préfet Carenco à 120 km/h sur le périph et droit dans ses botteshttp://www.lyonpeople.com/les-rumeurs/journee-sans-pv-le-prefet-carenco-a-120-kmh-sur-le-periph.html2 LA UNE de l EXPRESS de cette semaine ? http://www.lexpress.fr/outils/kiosque.aspMerci LYON CAPITALEContinuez vous etes des VRAIS journalistes

  4. LyobRebelle - 24 novembre 2013

    Un twit de Vigilance 69, une milice d'extrême gauche tendance guestapo nous apprend que cette organisation collabore avec le préfet pour assurer notre sécurité. Nous pouvons donc être rassurer ': bolcheviks et préfet franc-maçon travaillent main dans la main

  5. carton rouge - 25 novembre 2013

    Méfiance ! C'est le préfet et il pourrait nous envoyer les CRS comme au conseil général pour le vote de 40 millions d'euros pour garantir Vinci de remboursement au cas où Aulas ne pourrait pas rembourser. Donc on la ferme. Les cellules sont mal chauffées et le froid arrive. Nos respects monsieur le préfet.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut