beraudier

Le nouveau visage de la Part-Dieu en 2021

façade-gare ()

VISUELS - Nouveau quai, six accès depuis l’avenue Pompidou, reconfiguration des places Béraudier et Francfort et aménagement d’une galerie marchande intérieure figurent parmi les grands travaux envisagés pour soulager la gare.

Encombrement sur les rails, embouteillage dans le hall : la Part-Dieu ne s'en sort pas. Conçue pour accueillir 30 000 voyageurs par jour, elle en reçoit 120 000 actuellement, et 223 000 sont attendus d'ici à 2030. En l'état actuel, la gare n'y surviendrait pas. Un plan global entre le Grand Lyon, Réseau Ferré de France et Gares et Connexions, filiale de la SNCF, va être lancé : les enquêtes publiques s'engageront en 2015 et les travaux s'échelonneront entre 2016 et 2021. Jeudi soir, une réunion publique présentait les principales opérations à venir. Tour d'horizon.

Part-Dieu ()

© Tim Douet

Une voie de train de plus pour soulager le nœud ferroviaire

Plus que l'A45 ou le périphérique ouest, le nœud ferroviaire lyonnais a été décrété comme une urgence nationale, à la faveur du rapport Duron présenté en juin dernier. Ce nœud est double : St-Clair/Part-Dieu/Guillotière où 6 voies convergent en 4, et St-Fons/Grenay, où 4 voies se regroupent en 2. Or, 570 trains traversent la Part-Dieu chaque jour, provoquant immanquablement des ralentissements à l'approche de la gare. “Les trains attendent qu'un quai se libère. On perd deux minutes en moyenne”, précise Anne Lambusson, directrice régionale de RFF.

En attendant les grands investissements d'Etat prévus entre 2020 et 2030, une nouvelle voie L sera aménagée, accolée à la voie K, qui tiendra sur pilotis, entre la rue de Bonnel et la rue Paul-Bert. Coût de l'opération : 83 millions.

Nouvelles entrées côté Pompidou

Capture d’écran 2013-09-13 à 16.10.33 ()

La gare va se doter d'une nouvelle entrée, côté sud. Le long de l'avenue Pompidou, sous le pont (photo ci-contre), six rampes donneront l'accès direct aux quais, avec escaliers, escalators et ascenseurs. 20 % des voyageurs devraient les emprunter.

Ces travaux obligeront à réduire de moitié la capacité automobile de l'avenue Pompidou (aujourd'hui en 2X2 voies). Une option qui a essuyé les critiques du père architecte de la gare, qui s'était invité parmi le public jeudi soir. Satisfait des esquisses générales, il a néanmoins regretté la restriction routière. “Avec toutes ces tours, la voiture circulera toujours”, a-t-il rouspété.

hall ()

Nouvelle façade, nouvelle galerie marchande

“C'est une véritable traboule”, a lancé un participant à la réunion publique pour qualifier ce hall que beaucoup empruntent pour seulement traverser d'est en ouest la gare. Afin de faciliter les passages et d’éviter les collisions piétonnes, place nette sera faite. Tous les espaces marchands situés du côté nord seront déblayés : ils migreront dans une nouvelle galerie créée le long de la façade ouest de la gare, entre son entrée actuelle et l'avenue Pompidou, le long du futur complexe hôtelier Two Lyon (visuel ci-dessous – les deux tours du complexe sont aussi représentées sur le premier visuel, en haut de page). Cette galerie comprendra la billetterie, des restaurants, des boutiques, et peut-être des crèches, des espaces artistiques et “pourquoi pas Paul Bocuse”, a lancé Rachel Picard, directrice générale de Gares et Connexions, qui a remarqué que le restaurateur lyonnais s'était installé dans une gare japonaise.

galerie ()

Certains de ces commerces auront une double entrée, intérieure et extérieure, sur la place Béraudier. Cette galerie matérialisera le nœud de l'intermodalité, avec des taxis, le dépose-minute, un nouveau parking souterrain et les vélos. La façade de la gare va être revue de toutes parts, essentiellement vitrée. De l'extérieur, on verra peut-être les trains passer”, avance François Decoster, architecte urbaniste chez AUC. Ces travaux coûteront 180 millions d'euros.

Des places ouvertes sur la ville

“Un sol facile” : le leitmotiv du cabinet AUC pour l'ensemble de la Part-Dieu, quartier marqué par un urbanisme de dalle conçu pour l'automobile, trouve sa traduction dans le réaménagement des places Béraudier et Francfort, aux entrées est et ouest de la gare. Les esquisses donnent à voir des espaces nus, d'essence minérale, sans entrave pour les cheminements piétons. Côté ouest, l'immeuble B10 le long du dépose-minute sera démoli l'an prochain (ci-dessous, la place Béraudier après travaux).

beraudier ()

La volonté des architectes est de donner davantage de visibilité, au sortir des trains, sur le cœur de Lyon. Pour ce faire, la rue Docteur-Bouchut sera prolongée jusqu'au boulevard Vivier-Merle (des négociations sont en cours avec France Télévision pour qu'elle cède une partie de son foncier). Un autre passage sera libéré pour les piétons, rue Servient, à condition de revoir les entrées des parkings (visuel ci-dessous). C'est aussi là que sera conçue l'entrée principale du centre commercial. Grâce à ces deux axes reconfigurés, “on va comprendre où est le centre-ville”, se réjouit François Decoster.

servient ()

Ce ne sera pas le dernier plan de la Part-Dieu. Le maire de Lyon a en effet esquissé “d'autres étapes”, notamment une gare souterraine pour dissocier TER et TGV. Les travaux opérés entre 2016 et 2021 rendent possible ce projet de plus long terme.

7 commentaires
  1. FOurs - 14 septembre 2013

    très bon compte-rendu ! -quelqu'un a-t-il le nom de l'architecte d'origine svp ? Il a aussi expliqué qu'il voulait faire une gare beaucoup plus à l'origine, mais que les autorités l'en ont dissuadé à l'époque prétextant une folie… Avez-vous remarqué que les accès aux quais seront à nouveau faits d'escaliers ? C'est un non-sens pour les usagers ! Les concepteurs vivent-ils encore à l'heure des porteurs ?

  2. bertrand - 25 septembre 2013

    l'architecte ne serait-il pas un copain de notre sénateur-maire ?

  3. LYOCAL - 26 septembre 2013

    Pourquoi pas creer un tunnel avec tapis roulant démarrant du mérto dans la part dieu reliant la gare de la part dieu et arrivant place des départs des cars à la gare routiere .

  4. Bernard - 26 septembre 2013

    FOurs, l'architecte de la gare ouverte en 1983 était Mr Gachon (avec Mr Girodet). L'absence planifié d'escaliers mécaniques ou ascenseurs est le meilleur moyen trouvé par la Sncf pour empêcher certain(e)s client(e)s d'emporter 2 fois leur propre poids de bagages : ça bousille les 'filets' à bagages.

  5. Bernard - 26 septembre 2013

    @LYOCAL, Les sous-sols sur le trajet du tapis (ou trottoir) roulant que vous suggérez sont pleins. (trémies routières, métro, parking Villette ...)

  6. Kasneh - 27 septembre 2013

    Cet article sur le projet résume assez bien la réunion publique du jeudi 12 septembre 2013 au Palais de la Mutualité Lyon 3°. Était présent une flopée d'officiels municipaux, départementaux, architectes, concepteurs, techniciens...etc

  7. LYOCAL - 27 septembre 2013

    Des questions ????? Sur le procés SCANDALEUX du CER Lyon La direction Sncf a peur ' d'une autre bataille du rail '

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut