Houzelot : "Revendre Numéro 23, on ne peut pas me faire ce procès"

Alors qu’il lançait en grande pompe à la questure de l’Assemblée nationale, le 12/12/12 aux côtés de son ami Michel Boyon, président du CSA et de quelques députés -à tu et à toi- sa chaîne soi-disant consacrée à la diversité, Pascal Houzelot était interviewé dès le lendemain sur LCI. Au journaliste, qui déjà doutait fortement de sa sincérité, Houzelot répondait, avec un aplomb dont seuls les imposteurs sont capables : "Je n’ai pas démarré cette aventure pour revendre la chaîne ! Quand on se lance dans une aventure professionnelle de ce type, on peut pas avoir un plan anticipé, on peut pas savoir ce qui se passera dans deux ans dans dix ans dans cinq ans. Il faut d’abord travailler et réussir son projet et après on compte les veaux à la fin du marché".

Lyon Capitale, qui ne compte pas de voyants dans ses effectifs, avait pourtant tout "anticipé" et tout écrit au moment du lancement de la chaîne, expliquant par le menu que ce canal TNT avait été offert dans des conditions scandaleuses, uniquement pour être revendu à prix d’or dès que possible à un acteur déjà en place -90 millions d’euros en l’occurrence au groupe NextRadioTV. Les patrons de TF1, M6 et Canal + n’hésitent plus à parler de "fraude" et en appellent au CSA. Faut pas prendre les Français pour des canards sauvages. Et encore moins pour des veaux, Monsieur Houzelot !

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut