Touraine
© Tim Douet

Don d’organes : seul 1 patient sur 4 greffé en Rhône-Alpes

Le nombre de demandes de greffe est en constante augmentation dans notre région. Mais un amendement au projet de loi Santé, déposé par le député socialiste du Rhône Jean-Louis Touraine, pourrait révolutionner le don d’organes.

Un Rhônalpin sur quatre en attente d'une greffe a pu bénéficier d'un don d'organes en 2014. Sur 2 274 candidats à la greffe, seuls 603 ont pu être opérés et greffés. Un chiffre trop faible, d'après Jean-Louis Touraine (député PS du Rhône) qui a déposé un amendement au projet de loi Santé pour y remédier, discuté aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Cet amendement prévoit que seules les personnes qui indiqueront leur opposition au prélèvement d'organes et qui seront enregistrées sur le registre national des refus seront exclues des prélèvements.

Transformer le don en obligation ?

À partir du 1er janvier 2018, la famille et les proches seraient seulement "informés" et non plus consultés, afin de lutter contre le manque de greffons. Le nombre de demandes de greffe est en constante augmentation. En Rhône-Alpes, la moitié des greffes réalisées sont rénales, viennent ensuite les greffes hépatiques (137), cardiaques (41), pulmonaires (38), pancréatiques (30) et cardio-pulmonaires (3).

20 000 personnes en attente en France

En France, 20 300 personnes étaient en attente d'une greffe en 2014, mais seulement 5 357 ont pu être opérées et recevoir un greffon. L'amendement, adopté en commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale le 19 mars, s'il est voté, pourrait révolutionner le don d'organes en France.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut