Barbarin : “La justice dira s’il y a eu des erreurs” pour Mgr Lalanne

En évoquant les scandales de pédophilie qui secouent le diocèse de Lyon, l’évêque de Pontoise, monseigneur Stanislas Lalanne, invité de l’émission Territoires d’infos sur Sud Radio et Public Sénat, a reconnu que “la tempête médiatique que nous venons d’avoir nous oblige à être encore plus attentifs à l’accueil des victimes”.

Invité de l'émission Territoires d'infos sur Sud Radio et Public Sénat, monseigneur Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, est notamment revenu sur les scandales de pédophilie qui ont secoué le diocèse de Lyon ces dernières semaines.

"On a une cellule de veille qui a été instaurée depuis plusieurs années, dont j'ai la responsabilité, pour aider les évêques dans leurs décisions, pour répondre aux questions, pour prendre conscience de la gravité, par rapport aux victimes, et des conséquences durables", a expliqué Mgr Lalanne.

L'évêque de Pontoise a expliqué que l'Eglise est "en train de réfléchir comment mieux accueillir les victimes, mieux les écouter. Je ne parle pas de celles qui ont subi des violences récemment. Là, les consignes sont claires. Mais je pense à des adultes qui ont 40, 50 ans, qui ont été agressés, qui ne veulent plus porter plainte, mais qui, en même temps, veulent être reconnus par l’Église. Là, on a un travail à faire. Est-ce que c'est localement, est-ce que c'est au niveau des provinces, est-ce que c'est au niveau national ?"

“L’essentiel, c’est qu’ils ne soient plus au contact d’enfants”

"Je crois que depuis quinze ans, dans l’Église de France, il y a eu un gros travail, a ajouté Mgr Lalanne. Je pense que là, les événements et la tempête médiatique que nous venons d'avoir nous obligent à être encore plus attentifs à l'accueil des victimes. C'est une grosse préoccupation des fidèles. Depuis que je suis rentré de Lourdes, j'ai été beaucoup interrogé, bien sûr. Les gens sont perdus. Ils ont été perturbés par tout ce qu'ils ont entendu, tout ce mélange."

Au centre de "la tempête médiatique", le cardinal Barbarin, à la tête du diocèse de Lyon. Mgr Lalanne a tenu à rappeler sa confiance dans les représentants de l'Eglise : "A la messe chrismale, mardi soir, qui a rassemblé tous les prêtres, j'ai redit des choses très claires par rapport à la gravité de ces faits. En même temps, ça ne touche que quelques prêtres, j'ai redit ma confiance à l'ensemble des prêtres qui étaient là. Mgr Barbarin a été très clair. S'il y a des erreurs qui ont été faites, ce sera à la justice de le dire."

Interrogé sur les conséquences qui pourraient toucher les prêtres en question, Mgr Stanislas Lalanne a indiqué la possibilité d'une "réduction à l'état laïc si les faits sont très graves", ajoutant que "l'essentiel, c'est qu'ils ne soient plus au contact d'enfants".

Regardez l'interview de Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat.
à lire également
Le père Pierre Vignon, en septembre 2018, à Saint-Martin-en-Vercors © Tim Douet
Le prêtre drômois, évincé du tribunal ecclésiastique de Lyon après avoir lancé une pétition demandant la démission du cardinal Barbarin maintient sa position après cette semaine de procès. L'auteur du livre "Plus jamais ça", sorti ce 2 janvier aux éditions de l'Observatoire salue le courage des victimes et s'interroge sur la soutien dont peut encore bénéficier le Primat des Gaules auprès de ses ouailles lyonnaises.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut