Le préfet du Rhône limogé suite à l'attaque terroriste de Marseille


Par Florent Deligia ,  Justin Boche
Publié le 10/10/2017  à 19:36
2 réactions

Le préfet du Rhône, Henri-Michel Comet, est limogé. Il sera remplacé dès demain, suite à l’attaque terroriste de Marseille, vient d’annoncer le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, sur France Info.

Henri-Michel Comet, préfet du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes, lors de sa présentation à la presse le 7 mars 2017 à la préfecture
© Tim Douet
Henri-Michel Comet, préfet du Rhône et de la région Auvergne-Rhône-Alpes, lors de sa présentation à la presse le 7 mars 2017 à la préfecture

Un rapport de l’Inspection générale de l’administration, rendu public par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, révèle qu’“un ensemble de dysfonctionnements" à la préfecture du Rhône ont entraîné la remise en liberté de l'auteur de l'attaque terroriste de Marseille qui a fait deux victimes le 1er octobre. Le Tunisien de 29 ans avait été interpellé deux jours plus tôt pour un vol, puis remis en liberté malgré sa situation irrégulière.

"Ce rapport montre l’enchaînement des faits qui ont conduit à ne pas placer l’intéressé en centre de rétention alors qu’il était en situation irrégulière sur le territoire et alors qu’il venait d’être interpellé pour un vol", écrit le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Selon le rapport, "au sein de la préfecture du Rhône, la mission n’a pas identifié de faute individuelle, mais a souligné un ensemble, je cite, de “dysfonctionnements graves du dispositif de l’éloignement”".

Ce constat va pousser le ministère à mettre en place une série de mesures correctrices :

  • "Il faut d’abord renforcer les permanences d’éloignement qui se tiennent le week-end. L’ensemble des personnes qui interviennent dans la procédure devra disposer des moyens et outils adéquats pour remplir leurs missions."
  • "Il s’agit ensuite d’établir, au sein de la préfecture, des procédures claires pour sécuriser les échanges d’informations entre les services de police, le greffe du centre de rétention, les agents de permanence au service des étrangers et le membre du corps préfectoral de permanence."
  • "En troisième lieu, il convient d’assurer une traçabilité des procédures d’éloignement ayant échoué, afin d’en tirer tous les enseignements."
  • "Enfin, il est nécessaire de définir des modes opératoires visant à solliciter, en tant que de besoin, d’autres centres de rétention que celui de Lyon pour y placer tout individu présentant une menace pour l’ordre public."

Gérard Collomb précise : "La préfecture du Rhône devra dans les plus brefs délais apporter des mesures correctrices aux manques qui se sont fait jour. C’est pourquoi j’ai décidé de confier cette importante tâche de réorganisation à une équipe préfectorale profondément renouvelée, qui sera nommée en Conseil des ministres dès demain."

Le préfet du Rhône, Henri-Michel Comet, arrivé en mars dernier, sera remplacé, information confirmée par le porte-parole du gouvernement sur France Info ce mardi soir.

 

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4/5 (8 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
2 commentaires

On croit rêver ! les préfectures n'avaient pas accès au système d'information des centres de rétention. C'est donc çà la séparation des pouvoirs.

Signaler un abus | le 11/10/2017  à 08:46 | Posté par  Kasneh  

Le préfet de Paca remplace celui d'Auvergne/Rhône-Alpes.

Qui en veut autant au département et à la région pour nous envoyer ces trois derniers préfets !

Signaler un abus | le 11/10/2017  à 14:48 | Posté par  Kasneh  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.