Gallois et Moscovici à Lyon : les patrons du Rhône réagissent

Louis Gallois, commissaire général à l'investissement, était à Lyon jeudi 8 novembre pour présenter le programme d'avenir en Rhône-Alpes : 1,41 milliards d'euros seront alloués à 108 projets en lien avec l'enseignement supérieur, les PME, le numérique et le développement durable.

"les mesures du gouvernement sont saluées à l'international"

Mais la tentation était trop forte pour ne pas lui parler de son fameux rapport, rendu lundi à Matignon. Dans la foulée, Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre a annoncé 35 mesures pour enrayer la perte de la compétitivité. Parmi ces mesures, la hausse de la TVA et le crédit d'impôt de 20 milliards d'euros accordé aux entreprises. Louis Gallois s'est félicité devant la presse lyonnaise de l'écho international qu'a eu l'annonce de ce pacte de confiance.

Selon lui, le commissaire européen de l'économie a salué ces mesures ainsi que la presse internationale. C'est sans doute pourquoi, Pierre Moscovici a été interviewé ce jeudi 8 novembre par des journalistes américains de Bloomberg TV, chose relativement rare à la bourse du travail ! Le ministre de l'Economie et des Finances était présent à Lyon à l'occasion de l'ouverture des Journées de l'économie.

Ce plan arrivera trop tard, selon la CGPME et le MEDEF du Rhône.

Ce jeudi, les communiqués des syndicats patronaux, CGMPE69 et MEDEF69, sont tombés peu après les déclarations de Pierre Moscovici. Bernard Fontanel, président du MEDEF Lyon-Rhône salue le changement de ton du gouvernement face aux chefs d'entreprises mais "regrette que les mesures Ayrault ne répondent pas à l'urgence de la situation".

La CGPME 69 regrette la remise en cause du taux réduit de TVA dans la restauration et le bâtiment tout en saluant certaines avancées comme "la mise en place d'un fond de 500 millions d'euros pour aider les entreprises en difficulté à pallier leurs problèmes de trésorerie". Même les Moineaux, le mouvement des jeunes entrepreneurs, ont vivement réagi, déplorant que les starts-up et les PME étaient les grandes oubliées du gouvernement.

à lire également
Les agriculteurs confrontés à des difficultés économiques, sociales et techniques peuvent monter un dossier pour qu'un expert vienne réaliser un audit de leur exploitation et qu'ils puissent bénéficier d'un accompagnement personnalisé. Dans le Rhône, les candidatures doivent être envoyées avant le 14 septembre. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut