Test du jeu vidéo Gods will be watching : l'antre de la folie

L'homme est un loup pour l'homme, ou l'enfer c'est les autres, tel pourrait être le résumé du jeu vidéo Gods Will be Watching. Ce point and click propose aux joueurs de vivre une expérience hors du commun. Attention titre déjà culte qui risque de vous rendre fous.

Une équipe perdue sur une planète hostile tente de survivre en attendant l'arrivée d'un vaisseau de secours. À travers six chapitres, le joueur va tenter de comprendre comment tout cela est arrivé.

Petit jeu PC gratuit, basé uniquement sur du texte à l'origine, Gods will Be Watching est désormais un titre bénéficiant de graphisme en 2D, commercialisé à 8,99 euros sur Steam ou GoG. En apparence, son concept est simple, s'inspirant du genre Point'n click (pointer, cliquer en français). Il suffit de prendre des décisions en cliquant sur les autres personnages à l'aide de sa souris et choisir des actions comme "Parler", "Hurler", "Tirer une balle", "Mentir", "Avouer"… Simple en théorie, terriblement difficile et addictif en même temps. Gods Will Be Watching est l'un des jeux les plus durs jamais réalisés. Pourtant, impossible de lâcher prise une fois que l'on plonge dans son histoire remplie de mystère.

Essayer, échouer, réessayer

Dans Gods Will Be Watching, toute action à une conséquence, souvent malheureuse. Le joueur n'a alors pas d'autre choix que de réfléchir attentivement à ce qu'il va faire tout en observant les autres personnages. Pour ajouter un peu plus de tension à l'ensemble, les erreurs sont rarement pardonnées et presque toujours sanctionnées par un game over des plus radicaux. Aucune sauvegarde n'intervenant au milieu d'un chapitre, il faudra alors le recommencer depuis le début. Les claviers et souris pourraient bien finir en mauvais état tant il est rageant d'échouer après avoir tenté pendant une heure d’avancer sans finir avec une balle dans la tête. Aucun doute, Gods Will Be Watching pousse le joueur dans ses derniers retranchements et s'amuse avec ses nerfs.

 

Une ambiance unique

Malgré la difficulté exacerbée et la frustration, difficile de ne pas avoir envie de continuer le jeu tant son scénario reste passionnant. Le titre est un modèle de narration, distillant efficacement les informations pour garder attentifs tous ceux qui s'essaieront à l'expérience. Avec ses graphismes en 2D, s'inspirant du pixel art, God Will Be Watching déborde de personnalité. La bande originale parfois hypnotisante rajoute un peu plus de corps à une ambiance pesante.

Il faudra une dizaine d'heures pour finir le titre en mode facile (qui ne l'est que de nom). La version originale de Gods Will Be Watching pourrait bien vous tenir en haleine plusieurs jours. De même, il est impossible d'apprendre par coeur les mécaniques du jeu ainsi que les réactions des autres personnages, chaque partie étant unique. Gods Will Be Watching dispose ainsi d'une forte rejouabilité permettant d'aborder plusieurs fois l'aventure sous un angle différent. Il faudra cependant s'accrocher pour ne pas abandonner après le centième game over en moins de trois heures. Dans ce contexte, toute victoire prend le goût d'une ascension de l'Himalaya sans oxygène. Frustrant oui, terriblement jouissif aussi quand les choix s'avèrent être les bons et que tout fonctionne comme prévu.

Verdict

Jeu vidéo résolument à part et doté d'un niveau difficulté à s'arracher les cheveux, Gods Will Be Watching est une expérience unique dans son genre. Ceux qui trouvaient que les choix proposés dans les jeux vidéo Walking Dead ou bien Wolf Among Us avaient au final peu d'impact sur le scénario pourraient rapidement regretter leur jugement avec Gods Will Be Watching. Jamais le concept de "cause conséquence" n'aura été aussi bien adapté dans un jeu vidéo. À réserver aux plus patients qui sauront outrepasser les morts à répétition et canaliser leur frustration pour terminer une aventure remarquable.

God Will Be Watching, uniquement sur PC

à lire également
PIerre Hémon (EELV) © Tim Douet / Gérard Collomb © Tim Douet / Sandrine Runel (PS) © Métropole de Lyon / Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) © Tim Douet / Raphaël Debû (PC) © Lyon Capitale / Renaud Payre (La Manufacture de la Cité) © Tim Douet (montage LC)
Théoriquement, au lendemain des élections européennes, la gauche pèse près de 40 % à Lyon et dans la métropole. Mais ce score semble illusoire tant les différents partis qui composent cet axe politique sont structurés par des ambitions personnelles, voire des trahisons collectives. Tour d’horizon des sept familles de la gauche lyonnaise. EELV, le clivage du […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut