MySpace crée une plateforme musicale avec Universal, Warner et Sony Music

Jeudi 3 avril 2008.

MySpace c'est quoi ?
Un site communautaire, on peut vivre sa vie sur internet, créer une page avec un e-mail, mettre ses photos, sa musique. La particularité de MySpace,c'est qu'on peu partager avec les gens qu'on a choisis. Vous êtes dans un réseau de 215 millions de personnes à travers le monde dont 3 millions en France

Quelle différence entre MySpace et des concurrents comme Facebook ?
On est très ancrés dans la culture, musicale mais aussi vidéo, films, mode, etc. Sur les 215 millions il y a 6 millions de profils d'artistes. C'est cette folie créatrice qui attire un public créatif et plutôt jeune. On est entre 15 et 25-35.

Combien de groupes musicaux ?
Cinq millions. En France : 200 000. Même chose avec le monde de la mode. On a une communauté qui s'appelle Boudoir avec de 10 000 stylistes référencés à travers le monde. C'est une révolution totale, vous pouvez aller découvrir un designer qui fait des sacs à main au Pérou, un groupe de rap extrême en Corée ou un groupe de banlieue lyonnaise que vous ne connaissiez pas avant.

L'évènement du jour c'est le concert des BB Brunes. Un groupe qui a été découvert, on pourrait dire " créé " par MySpace...
Certainement pas " créé ". Les radios ou les TV peuvent " faire " des groupes en les poussant, en faisant une promotion intensive. Ici, c'est la communauté qui fait émerger un groupe, par le bouche à oreille électronique. Si vous aimez les BB Brunes, vos allez envoyer un bulletin à vos amis et leur dire : il faut absolument que tu ailles écouter ça, c'est génial. Et tout d'un coup un groupe fait 50 000 écoutes par jour, alors qu'ils ne sont jamais passés à la radio et qu'ils n'ont même pas de maison de disques.

On va revenir sur l'actualité de Myspace. Aujourd'hui vous avez signé avec Warner, Sony Music et Universal pour créer une plateforme musicale.
Oui, c'est tout frais, cela date d'une heure et demie. On va pouvoir télécharger en gratuit ou en payant, selon ce que veut l'artiste, et aussi acheter des billets pour des concerts. Il y avait une frustration exprimée par la communauté d'aller écouter un morceau et de dire : c'est génial, je voudrais le mettre sur mon I-Pod, mais je ne peux pas.
C'est quoi, le modèle économique ?
Il est totalement multiforme. La logique de Myspace c'est la liberté, si un artiste veut vendre sa musique 10 euros le morceau, il le fera, si'l veut la donner gratuitement il le fera, il y aura plein de modèles, y compris la sponsorisation : je donne accès gratuitement à ma musique, mais c'est une marque qui sponsorise.

Ca marche à partir de quand ?
Ce sera progressif. Aujourd'hui on a conclu l'accord avec les acteurs du disque. Ensuite on va commencer à rajouter des fonctionnalités, celle du téléchargement en premier, puis le ticketing. Il faut compter trois à six mois.

Vous parlez souvent de TV qui se délinéarise, est-ce que c'est une autre piste de développement que vous envisagez ?
Asolument.On a produit la première série qui a connu un grand succès " Roommates ", onze millions de spectateurs. On travaille sur une nouvelle série avec France 4, dont les épisodes seront créés par les utilisateurs. C'est aussi le cas d'un film en Angleterre. Il va sortir en salle avec un budget de 2 millions d'euros.

En France, il y a eu des expériences en France de scénarios écrits avec les téléspectateurs, ce n'était pas fameux, cela donnait des histoire complètement édulcorées
La démarche n'est pas la même. La communauté a choisi le metteur en scène parmi 800 candidats. Elle a choisi le scénario, les acteurs, même les éclairagistes. Mais ensuite le tournage a été fait de manière classique. Honnêtement on ne sait pas si ça va marcher. Ce qui nous plaît c'est d'essayer des choses, se ramasser quelquefois, et réussir de exploits de temps à autre.

Dans le procès de Fuzz, pour le première fois, un site internet a été condamné pour des contenus mis par des internautes, est-ce que vous craignez que cet espace de liberté ne disparaisse peu à peu ?
Je pense que cette liberté va rester, parce que ça plaît et que ça marche. Le public y trouve son compte avec une liberté et une ouverture, une sorte de démocratie s'on ne trouve pas dans d'autres médias et que les acteurs s'y retrouvent aussi. On peut gagner de l'argent sur internet aujourd'hui en étant artiste ou producteur.

MySpace gagne de l'argent ?
MySpace gagne très-très bien sa vie et plein d'autres acteurs aussi et c'est une bonne chose, les musicos mais aussi les vidéos, les producteur de films avec des modèles peut-être un peu différents. Il faut de s'assurer que tout est toujours librement choisi. Nous avons un principe très fort : l'opting. Je peux avoir un profil entièrement privé que je ne divulgue qu'à mes amis, je peux l'avoir moitié-ouvert moitié-fermé. Je peux mettre les fonctionnalités que je veux.

C'est une culture anglosaxonne, cette notion de liberté individuelle ?
Pas du tout, c'est une culture française. Mypace est une communauté qui fonctionne dans le respect de l'autre. La France est sans doute le pays où la législation est la plus poussée, avec la CNIL . Ce qui nous va très bien même pour les pays où il n'y a pas d'obligation légale du même type. Si on laisse n'importe quoi se passer sur internet, ça va moins plaire ou moins bien marcher. C'est aussi l'intérêt de la réussite.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut