Annabelle

Folie Annabelle : oui, les séances de cinéma se dégradent !

Depuis quelques jours, la polémique enfle. Le film d’horreur Annabelle a été déprogrammé de plusieurs cinémas en raison d’incidents durant les séances. Pourquoi les réactions devant ce film ne sont que l’illustration logique d’une dégradation des séances de cinéma.

Lire aussi : Le film d'horreur "Annabelle" ne fait pas peur à Lyon

Annabelle serait-il un film d’horreur tellement effrayant qu’il rendrait les spectateurs fous ? À en croire le buzz qui tourne actuellement sur la Toile, la diffusion du long-métrage dans les cinémas serait émaillée d’incidents pouvant aller jusqu’aux bagarres. Plusieurs salles en France, tel l’UGC de Strasbourg, auraient du coup décidé de ne plus le diffuser.

Au-delà de l’épiphénomène largement relayé par les médias, Annabelle nous rappelle que les conditions de projection tendent à se dégrader dans les salles, surtout pour les films de genre. Pour voir un nouveau film tranquillement, il faut soit être malin et choisir ses séances avec précaution, soit attendre la sortie vidéo ou bien encore… le pirater (et le cas échéant, être prêt à en assumer les conséquences vis-à-vis de la loi).

Le sanctuaire n’est parfois plus

Au risque de passer pour un psychorigide, aller au cinéma en 2014 peut vite se transformer en calvaire. Si l’on oublie les vingt minutes de publicité à rallonge et les personnes ne sachant pas manger des pop-corn sans prévenir la terre entière, l’ambiance dans les salles ne s’arrange pas avec le temps. Difficile de passer une séance dans le calme, de ne pas être déconcentré par les écrans de portables qui illuminent le plafond de la salle, ou par un spectateur se sentant obligé de commenter tout ce qui se passe à l’écran.

D’habitude, un simple “chut” ou un petit rappel à l’ordre de la part des plus grosses voix met tout le monde d’accord. Les casse-pieds étant souvent minoritaires, surtout dans une salle bondée, il est simple de garantir la paix dans le sanctuaire cinématographique. Certains films, notamment ceux de la catégorie horreur, échappent pourtant à cette règle et les spectateurs sérieux s’y retrouvent bien seuls. La folie Annabelle en est aujourd’hui le parfait exemple. Colonisées par des jeunes adolescents qui préfèrent piaffer et rigoler plutôt que d’affronter ce qui se passe à l’écran, les séances de ce pseudo-film d'horreur virent au grand n'importe quoi.

Une séance d’“Annabelle” épique

Téléphones portables qui s’allument, cigarettes (au mieux électroniques) enfumant les allées, sandwichs de fast-food (soigneusement cachés pour passer le vigile) qui donnent la nausée aux voisins, cris, moqueries et jets de pop-corn sur l’écran : notre séance d’Annabelle était tellement épique qu’on en arriverait presque à la trouver (Annabelle, pas la séance) charmante. Les adolescents grisés par le phénomène se donnent même rendez-vous pour s’amuser du film et divertir ceux qui accepteront de rentrer dans cette joyeuse pagaille.

Annabelle n’est pas fantastique et déclenche davantage les moqueries que les hurlements de terreur. Le film emploie une solution paresseuse pour faire sursauter son public : faire apparaître d’un coup un élément à l’écran et surligner le tout à l’aide d’une grosse musique qui semble dire : “Attention ! C’est là qu’il faut avoir peur.” L’apparente détente devant Annabelle est surtout la tentative d’un jeune public pour désamorcer ce procédé indigne d’un point de vue cinématographique.

Depuis quelque temps, la situation tend à se reproduire durant les séances de films d’horreur. Pour ne pas avoir peur, le jeune public préfère ne pas se concentrer et tout faire sauf regarder l’écran. Dans ce contexte, tout le monde n’acceptera pourtant pas de voir sa séance ainsi gâchée par les trouillards ou les cyniques. Quand on a payé sa place 15 euros, difficile de rester zen…

Les astuces pour être tranquille

Les cinéphiles ont rapidement trouvé des astuces pour ne pas voir leur séance de cinéma gâchée. Le plus simple étant d’attendre un peu que le buzz autour d’un film retombe et de s’y rendre lorsqu’il termine sa carrière. Malheureusement, cela consiste à faire un trait sur la plus grande salle du multiplexe lors de la diffusion d’un blockbuster. Un juste milieu permet de concilier tranquillité et qualité de projection en allant voir le film le mardi après sa sortie, de préférence à la séance de deuxième partie de soirée (ou le matin à 11h pour ceux qui ont des horaires souples). Les séances à minuit dans certains cinémas permettent également de se débarrasser facilement des jeunes adolescents. Enfin, rien ne vaut une salle remplie de geeks lors de l’avant-première d’un blockbuster très attendu. Le premier qui tente de rompre le silence termine au mieux avec de solides réprimandes.

Lire aussi :

Le film d'horreur "Annabelle" ne fait pas peur à Lyon

à lire également
Info Lyon Capitale - À Lyon, le cinéma ne connait pas la crise et ne craint ni Netflix ou le piratage. Les salles de l’agglomération viennent de terminer une belle année 2019. Quel est le classement des principaux cinémas de la métropole de Lyon, Brignais et Villefranche  ?
1 commentaire
  1. Sophie_Lyon - 16 octobre 2014

    Au prix de la place, c'est tout de même bien au cinéma de faire le nécessaire et de virer les importuns de la séance, si en plus de payer, il faut faire la police, et bientôt vendre les pop corn ? Remarquez qu'à l'auditorium, la moyenne d'âge des auditeurs dépasse largement 55 ans et pourtant.... Les tousseurs intempestifs, ( une plaie ! un fléau ) les portables ( là aussi ) les agités, les renifleurs gâchent de plus en plus les concerts.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut