A faire, à ne pas faire : quelques pistes de réflexion

Contrôle, vigilance et modération

Les enfants ne doivent pas prendre le contrôle des écrans à la maison. Dès les premières utilisations d’écran, les limites doivent être posées fermement. Le nombre d’écrans individuels à la maison doit être limité (évitez la télé dans la chambre des enfants), ainsi que le temps qui leur est consacré : d’une heure par jour pour les enfants de sept ans, à deux ou trois heures quotidiennes pour les ados, les recommandations des spécialistes se recoupent sensiblement. L’essentiel étant que les écrans ne constituent pas leur seul loisir, et n’aient pas d’influence négative sur les résultats scolaires.

Quant à Internet, une vigilance toute particulière s’impose : outre les logiciels de contrôle parental (les fournisseurs d’accès ont l’obligation d’en proposer gratuitement), un adulte doit toujours être dans les parages lorsqu’un enfant surfe sur Internet. Sans oublier les recommandations élémentaires concernant l’utilisation d’Internet : ne jamais donner son nom à un inconnu, son adresse, son numéro de téléphone... Les enfants doivent apprendre à se méfier sur le web comme dans la rue…

Dialoguer avec les petits

Tous les spécialistes sont unanimes : les parents doivent s’intéresser à ce que leurs enfants regardent, les accompagner dans leur face-à-face avec l’écran, les aider à décrypter les informations qu’ils reçoivent. Pour Philippe Mérieu, “le problème, c’est cette non verbalisation qui handicape les enfants. Ils sont dans un rapport de fascination avec les écrans, ils ne peuvent pas en parler avec quelqu’un qui peut leur permettre de prendre de la distance (…). Il ne faut pas les laisser seuls face à un univers qui est d’une fantastique puissance et contre lequel ils ne sont pas prémunis”.

Le pédagogue recommande encore aux parents : “Allez voir vous-même sur les écrans (…) quels sont les éléments constitutifs de cet univers virtuel dans lequel évoluent vos enfants. Comprenez quels sont les enjeux de cette “culture jeune”, parlez-en avec eux (…) sans faire intrusion”. Les enfants considèreront alors leurs parents comme des interlocuteurs disponibles et compétents.

Même si un adulte ne regarde la télévision qu’un quart d’heure par jour avec son enfant, il faut qu’il ait une attitude active, en donnant son sentiment sur les images, et en incitant son enfant à en faire autant. “Nous devons apprendre à regarder tous les écrans domestiques qui nous entourent comme on feuillette un livre d’images ou comme on va voir une exposition de photos avec des amis, c’est-à-dire comme un support de communication”, résume Serge Tisseron.

Eduquer les enfants à l’image

Vers six ans, quand l’enfant commence à distinguer la réalité de la fiction, il est alors indispensable de l’éduquer à l’image. Car il n’y pas d’objectivité de l’image. Même si elle représente le réel, mais peut aussi le déformer. Un appareil photo ou un caméscope constituent un bon moyen pour apprendre aux enfants à prendre de la distance avec les images. Quel est l’impact du son, du cadre, du point de vue avec lequel on filme ou on photographie ? Derrière un écran, en famille, on peut repérer les effets cinématographiques ou de montage, afin que les enfants développent leur esprit critique. Ils seront aussi moins perméables aux messages publicitaires.

Halte au zapping

Pour Philippe Mérieu (Une autre télévision est possible), “le zapping, systématisé par l’usage de la télévision, encouragé par l’ensemble des technologies, qui d’Internet au téléphone portable, permettent d’espèrer d’avoir tout - tout de suite, dynamite les capacités d’attention de l’enfant . Incapable de se fixer, il vit tout entier dans la pulsion”. Que faire ? Choisir une émission avec nos enfants, poser enfin la télécommande, et la regarder jusqu’au bout. Ainsi, les enfants comprendront véritablement ce qu’ils voient. Du bon ou du mauvais écran.

à lire également
Dessin rubrique Education 793 © Isacile
Votre enfant a changé de comportement, il se met à dire des gros mots, multiplie les bêtises, devient agressif avec vous, néglige son travail scolaire… Il est peut-être sous l’emprise d’un copain ou d’une copine et se laisse influencer jusque dans ses moindres faits et gestes. Peut-on prévenir ce genre de situation et comment réagir ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut