IPAD : Pourquoi faut-il attendre avant de craquer ?

Après avoir imposé l’iPhone sur le marché des mobiles, Apple compte bien révolutionner celui de l’informatique avec sa tablette tactile. L’iPad sera-t-il l’objet de cette décennie ? Rien n’est moins sûr.

Doté de caractéristiques impressionnantes, l’iPad est un véritable petit ordinateur de la taille d’une feuille A4. Derrière son écran tactile d’une diagonale de 10 pouces et malgré un poids de 680 grammes et une épaisseur de seulement 1,25 centimètre, il renferme un concentré de technologies : processeur d’1 gigahertz, wifi, Bluetooth, GPS, accéléromètre pour que l’image s’adapte automatiquement à la position de la tablette dans l’espace et enfin option 3G. Côté mémoire, trois choix seront proposés : 16, 32 et 64 go. Enfin il disposerait d’une autonomie de 10 heures. L’iPad sera commercialisé fin mars aux États-Unis à partir de 499 dollars pour le modèle Wifi et dès 629 dollars pour les versions 3G. Apple ne se souciant guère des taux de change en vigueur, le tarif de base français devrait tourner autour de 499 euros.
Malgré les apparences, le prix de la tablette est élevé. L’iPad 16 go Wifi ne coûterait que 229 dollars à fabriquer tandis que la version 16 go 3G se situerait autour des 257 dollars. Une petite différence facturée plus de 130 dollars à l’acheteur final.

Un gros iPhone
Une fois mis en marche, l’Ipad ressemble à un gros iPhone. Les utilisateurs de ce mobile ne seront pas perdus. La tablette se pilote de la même manière et un bouton central permet de revenir au menu principal. De son côté, l’accéléromètre permet toujours de jouer en penchant l’iPad ou bien en le secouant.
Toutes les applications déjà disponibles pour iPhone seront utilisables sur la tablette. Cette dernière se chargera d’effectuer un zoom pour adapter l’image à son écran bien plus grand. Cependant la résolution de l’iPhone étant trois fois inférieure à celle de l’iPad, de nombreuses applications “pixélisent” et sont graphiquement moins attractives. Le défaut devrait être rapidement résolu avec l’arrivée de programmes entièrement dédiés à la tablette.

Le livre et le journal du futur ?
Avec son écran couleur de 10 pouces, soit 25,4 centimètres, l’iPad s’impose comme le concurrent direct du livre électronique d’Amazon. Apple a su imposer son modèle économique à l’industrie de la musique, en sera-t-il de même pour celui de l’édition ? L’achat des ouvrages se fera directement via iTunes pour un prix compris entre 12,99 et 14,99 dollars. De son côté Amazon avait imposé le prix de 9,99 dollars mais est désormais obligé d’augmenter ses tarifs suite à la demande des éditeurs.
Un seul doute subsiste, Apple ne serait pour l’instant pas en mesure de proposer le téléchargement de livres lors de la sortie française de l’iPad. Les négociations seraient en cours. Cependant, contrairement au Kindle, l’iPad acceptera les livres et magazines au format ouvert ePub. Au même titre que le MP3, ce dernier est universel et est donc déjà compatible avec de nombreux lecteurs électroniques. Il sera donc possible de convertir ses propres fichiers textes ou PDF pour les lire facilement sur la tablette mais aussi d’acheter des livres sur iTunes et les lire sur l’appareil de son choix.

Ces petits défauts qui vous feront attendre

Malgré une technologie de pointe et des fonctions attractives, l’iPad est gangréné par de nombreux défauts qui invitent à la prudence. Les premiers modèles de la tablette d’Apple ne sont pas des produits définitifs. Dès lors, l’absence d’une caméra sur la face avant ne devrait pas perdurer. Lorsque l’on démonte l’appareil, on découvre un espace qui a été réservé pour l’ajout d’un futur objectif destiné à la visiophonie. De son côté l’écran est doté d’une technologie vieillissante qui est en train d’être progressivement remplacée par les modèles OLED à l’image d’une beauté incomparable. Il ne fait aucun doute qu’un nouvel iPad plus perfectionné devrait rapidement voir le jour. Au même titre que ses ordinateurs portables, Apple pourrait bien proposer des modèles professionnels mieux équipés.

Enfin, le principal défaut vient sans aucun doute du manque d’ouverture de l’entreprise. Depuis quelques années, la firme à la pomme ne cesse de restreindre les libertés de ses clients. À l’image de l’iPhone, toute application fonctionnant sur iPad devra obligatoirement faire l’objet d’une validation par les équipes de la marque. Dès lors, impossible d’installer le logiciel de son choix ou bien de transférer ses films et sa musique sans devoir passer par iTunes.

Première conséquence de cette décision, l’iPad ne sera pas compatible avec la technologie flash qui permet d’accéder via le navigateur à des plateformes comme Youtube ou Dailymotion. Apple et Adobe, propriétaires de la technologie se livrent une guerre sans merci sur le sujet. Sur le long terme, la multiplication de sites Internet en HTML5 résoudra le problème. Ces derniers ne nécessiteront pas le Flash pour afficher des contenus identiques.
Dans ce contexte, la marque à la pomme ouvre malgré elle la porte au piratage et autres modifications illégales. Comme ce fut le cas avec l’iPhone, des équipes de hackers se tiennent prêtes à détruire toutes les protections et faire ce qu’ils désirent avec la tablette. Face à des attaques que l’on imagine déjà fulgurantes, Apple devra peut être revoir sa politique.
Au final l’iPad reste un produit à améliorer. Officieusement, Apple serait déjà prêt à baisser ses prix si les ventes n’étaient pas satisfaisantes. Mieux vaut laisser les fans essuyer les premiers plâtres avant de pouvoir acheter en connaissance de cause. Il ne serait pas étonnant de voir arriver des meilleurs modèles d’ici Noël. Au-delà de l’ordinateur du futur, l’iPad reste pour l’instant un joli jouet destiné au loisir.

Les concurrents de l’iPad 
Archos 9
L’iPad chasse sur la terre des Netbooks, ces petits ordinateurs portables dotés d’écran 10 pouces qui ont connus d’excellentes ventes en 2009. L’Archos est l’un d’entre eux, à l’exception que son clavier a été supprimé. Il utilise Windows 7 et dispose des mêmes fonctions que n’importe quel PC. Un modèle 12 pouces devrait rapidement voir le jour.
Archos 9, 550 euros, déjà disponible.

Amazon Kindle DX
L’Amazon Kindle est la version 10 pouces du célèbre lecteur de livres électroniques. Grâce à son écran spécialement dédié à la lecture, il est plus confortable que l’iPad et bénéficie d’une autonomie d’une semaine. Malheureusement, il reste en noir et blanc et ses capacités multimédia sont limitée.
Kindle DX, 460 euros, déjà disponible.
Asus DR-570
Doté d’un écran couleur OLED tactile de seulement 5,7 pouces, la liseuse Asus n’en demeure pas moins attractive. Elle bénéficie de la lecture Flash, du Wifi, de la 3G et surtout d’une autonomie de plus de cent heures. Équipé d’un écran noir et blanc de 10 pouces, le modèle DR-950 s’adresse avant tout aux amateurs de lecture.
Aucun prix n’a été annoncé, disponible courant 2010.
SmartQ V7
Commercialisé bien avant l’Ipad, le SmartQ augure la future concurrence chinoise qui s’opposera à l’iPad. Ce modèle équipé d’un écran tactile de 7 pouces fonctionne sous linux, mais aussi Androïde de Google. Le géant américain pourrait bien sortir une tablette maison pour concurrencer Apple. Son téléphone Nexus One avait déjà entériné le divorce avec la firme à la pomme.
SmartQ V7, 200 euros, déjà disponbile.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut