Un OL de gala pour son premier match en 2016

Face à une équipe de Limoges inoffensive, l’OL a lancé son année 2016 par une cinglante victoire (7-0) en 32e de finale de la coupe de France. Un bon point pour le moral des supporters et du club, qui ne doit cependant pas faire oublier le travail que Bruno Genesio et son staff devront abattre dans les prochaines semaines.

Bruno Genesio ne pouvait pas rêver meilleur départ. Pour son premier match sur le banc lyonnais, son équipe s'est imposée 7-0 avec la manière, contre une équipe de Limoges (CFA2) avec laquelle l'écart de cinq divisions a été flagrant.

Bien aidés par un but rapide, les Lyonnais ont rassuré dans le jeu et brillé en attaque. Organisée en 4-3-3, l'équipe de l'OL a d'emblée confisqué le ballon à des Limougeauds peu pressants. Forts d'un replacement rapide et efficace, les Lyonnais ont coupé les solutions à leurs adversaires. Récupérant haut, les Gones ont vu les locaux, contraints à de longues relances, leur rendre rapidement le ballon. La fatigue et la démotivation aidant, l'OL a pu dérouler en deuxième mi-temps. Sans opposition, Lyon a enchaîné les points comme des perles.

Cornet met l’OL sur de bons rails

L'ouverture du score précoce (3e) par Maxwell Cornet après un coup de billard de Gonalons dans la surface a mis l'OL sur de bons rails, autant qu'elle a semblé signer la mort dans l'œuf de tout espoir limougeaud. Trop tendres, trop respectueux peut-être, les joueurs de CFA2 concèdent ensuite une grosse occasion au quart d'heure de jeu. Mais les offensifs Lyonnais tergiversent dans la surface, ne parvenant pas à se mettre en position de frappe.

Seul fait à signaler dans la moitié de jeu lyonnaise, cette très légère frayeur sur une remise en retrait un peu courte pour Anthony Lopes (23e), obligé de tacler pour dégager le ballon en touche. Ultra-dominateurs, les Lyonnais gèrent, et attendent l'ouverture. Le deuxième but intervient finalement sur centre en retrait de Sergi Darder, servi par son capitaine Maxime Gonalons, pour le doublé de Cornet qui marque de près (37e).

Festival offensif

Les vagues offensives se succèdent sur la cage de Limoges, Ghezzal touchant la barre quelques instants plus tard sur une belle inspiration, alors que Jallet, bien décalé, tente sa chance d'une frappe puissante au-dessus du cadre (42e). C'est au retour des vestiaires, sur une contre-attaque lancée par Clément Grenier, que Claudio Beauvue, après un relais de Maxwell Cornet, conclut d'une frappe à ras de terre depuis l'angle droit de la surface (50e).

Les occasions s'enchaînent et à la 55e minute Cornet, omniprésent, a la balle du triplé au bout du pied. Mais il manque son duel avec Jonathan Monteiro. Le portier limougeaud ne peut en revanche rien contre la belle frappe enroulée du pied gauche de Ghezzal (56e). Légèrement touché à la cuisse, Cornet est remplacé dans la foulée par Aldo Kalulu (59e), qui se met immédiatement en action et sert Ghezzal pour le doublé.

“Positif pour l’avenir”

À 5-0 l'OL ne lâche rien. Après une première alerte sur une belle frappe à l'entrée de la surface, Sergi Darder concrétise son bon match en inscrivant le 6e but (71e). Sur une action bien construite, l'Espagnol combine ensuite avec Jallet et offre le but du 7-0 à Tolisso, qui clôt la marque (76e).

L'OL se qualifie pour les 16es de finale et se met en confiance. Un succès qui "ne peut qu'être positif pour l'avenir", selon Maxime Gonalons. Le capitaine lyonnais a reconnu après la rencontre que la victoire finale en Coupe de France pouvait faire partie des objectifs des siens, assurant que l'OL allait "s'en donner les moyens".

à lire également
1 commentaire
  1. grandlyonnaise - 4 janvier 2016

    Quand on n'a pas attrapé de grives, vous savez ce qu'on se met sous la dent ? des MERLES ! et ce n'est pas glorieuxd'ailleurs A VAINCRE SANS PERIL, ON TRIOMPHE SANS GLOIRE

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut