Toulalan, le fidèle serviteur

Arrivé lors de l’été 2006, Jérémy Toulalan, formé à Nantes, a prolongé son bail avec l’OL jusqu’en 2015. Le milieu de terrain lyonnais espère finir sa carrière entre Rhône et Saône. Après Anthony Réveillère début janvier, Lyon prouve une nouvelle fois sa capacité à conserver ses cadres.

C’était un secret de polichinelle. Jérémy Toulalan avait clamé à l’envi son intention de s’inscrire dans la durée à Lyon. Un club, une ville qui se parfont totalement à son caractère. "Lyon a toujours été présent lorsque je n’ai pas été performant", soulignait en janvier l’ex-Nantais, à l’aube des discussions sur une prolongation de contrat. Le joueur aujourd’hui âgé de 27 ans a su s’en souvenir au moment de parapher ce nouveau bail, qui le lie au club présidé par Jean-Michel Aulas jusqu’en 2015. Pièce maîtresse de l’entrejeu lyonnais depuis son arrivée, Jérémy Toulalan n’est pas un joueur comme un autre. Pas un joueur de son temps. Les vêtements fashion, les sorties nocturnes, il n’en a que faire, lui le casanier revendiqué. Traumatisé par l’épisode de la Coupe du Monde en Afrique du Sud, il a mis un temps fou à s’en remettre. Comme dépassé par les évènements.

Hors du temps

Aujourd’hui, cette prolongation sonne comme une décision mûrement réfléchie. "Toul" va même plus loin : "j’ai choisi de rester à Lyon et de terminer ma carrière dans ce club". Rarissime dans le football moderne où les contrats, éphémères, sont signés pour mieux partir sous d’autres cieux ensuite. Un mot revient à la bouche de tous ceux qui le côtoie : exemplaire. Claude Puel ne tarit pas d’éloge sur l’ancien Canari : "un joueur fidèle, travailleur. J’étais un peu comme lui, un peu chien fou". Autant Jérémy Toulalan est discret dans le vestiaire, anti bling-bling au quotidien, une fois sur le rectangle vert, il se métamorphose en infatigable battant. Un leader d’efforts. Jean-Michel Aulas abonde dans ce sens : "c’est un joueur exemplaire, en adéquation avec l’esprit et la culture du club".

Parfait soldat, il a semble-t-il trouver en l’OL le terrain idéal pour satisfaire ses desseins. Encore ce lundi, pour la conférence de presse organisée en son honneur, Jérémy Toulalan est resté lui-même, simple et intimidé par l’évènement. Il ne s’y fera jamais. Accompagné de son agent, et vêtu d’un simple polo, il paraissait presque spectateur de la situation. Pourtant, avec 201 matchs sous le maillot rhodanien, il est bien l’un des plus grands acteurs de l’histoire de l’OL. Désormais Lyonnais jusqu’en 2015, l’ex-Nantais n’a pas fini de cultiver ce paradoxe.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut