juve ol

Juve-OL : Lyon a tout donné

Le miracle n’a pas eu lieu. Les Lyonnais se sont inclinés jeudi soir face à la Juventus (1-2) en quart de finale retour de l’Europa League. Ils quittent la scène européenne avec les honneurs, et des espoirs pour le futur.

De notre envoyé spécial à Turin (Italie).

L’OL n’a pas à rougir. Vraiment pas. Si la bande à Rémi Garde n’est pas parvenue à créer l’exploit, jeudi soir, elle n’a pas démérité. Assurément. Le défi proposé aux Rhodaniens était de taille : marquer et ne pas prendre de but face à un adversaire bien décidé cette saison à briller sur la scène européenne, avec une finale à la maison, dans ce même Juventus Stadium. Si, comme souvent face aux clubs italiens, le représentant français qu’est Lyon repart avec une défaite et une élimination, les coéquipiers de Gonalons ont tenu tête une bonne partie du match. Il n’aura manqué que la réussite du côté des Gones, et peut-être une décision arbitrale favorable…

La Juve tambour battant

Il a suffi d’à peine quatre minutes de jeu pour voir le plan des Français contrarié. L’expérimenté Pirlo ne laisse aucune chance à Anthony Lopes (1-0, 4e), sur un coup franc dont il a le secret. Guerrière, tranchante, efficace, la Juve présente un tout autre visage, surtout en début de match. Transfigurés par rapport à l’aller, et poussés par leur public, les Bianconeri tentent d’accentuer leur avantage. Mais c’était sans compter sur un OL – emmené par sept joueurs issus de l’Académie olympienne – qui ne se laisse pas impressionner.

Tranquillement, les joueurs de Rémi Garde font retomber la pression en jouant comme d’habitude, et en posant des problèmes tactiques à Conte. Très vite, la riposte arrive. À la suite d’un corner, Mvuemba sert Briand, qui de la tête trompe Buffon et redonne de l’espoir aux siens (1-1, 18e). Aussi, Lyon aurait pu bénéficier d’un penalty pour une main de Bonucci dans la surface. Lors du récent Dortmund/Real Madrid, la même action avait valu un penalty aux Merengues. Pas là…

La réussite, clé du match

Malgré l’envie de poursuivre sur sa lancée, aidé par une nouvelle prestation remarquée de Steed Malbranque qui n’a pas lâché Pirlo d’une semelle, Lyon va baisser la garde. Et perdre la partie. La Juve concrétise sa domination sur une frappe puissante signée Marchisio. Celle-ci étant déviée par Umtiti, cela trompe le gardien portugais de l’OL. La même tentative beaucoup plus forte de Gonalons en première période n’avait pas eu ce traitement de faveur… Les Lyonnais ne se relèveront plus. Le double changement opéré par Garde avec les entrées de Gomis à la place de Lacazette et celle de Njie au détriment de Briand ne changera pas la donne : l’OL doit s’incliner. Et dire adieu à l’Europa League.

Si l’OL n’a pas réussi son défi du soir, le club de Jean-Michel Aulas peut quitter la scène européenne la tête haute. Ses joueurs ont fait douter le leader de la série A. Mais ont surtout dignement représenté la France dans une compétition où l’OL est la seule formation à toujours jouer à fond. Cette expérience servira, à coup sûr, au groupe rhodanien pour l’avenir.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut