Frick, le nouveau petit suisse de l'OL

Le Suisse Jérémy Frick, jeune gardien de 16 ans en devenir, s'apprête à signer un contrat d'aspirant avec l'Olympique Lyonnais. Un beau challenge pour cet espoir du football helvétique.

Gardien international Suisse dans la catégorie des 16 ans, Jérémy Frick semble ravi de pouvoir intégrer un club comme l'OL : "Je vais signer le contrat d'aspirant le 11 juin prochain, pour une durée de deux ans. J'ai visité plusieurs fois le centre de formation. Ce n'est pas tellement le contrat qui m'a attiré, mais plutôt la qualité des infrastructures. J'ai l'impression que je vais beaucoup progresser ici", confie le jeune homme. Et ce n'est pas l'éloignement qui va lui faire peur : "Je verrai mes proches une fois par mois. Mais ce n'est pas la première fois que je pars loin de chez moi. L'année dernière, j'étais déjà parti dans le centre de formation de l'ASF" (Association Suisse de Football).

"Il peut aller très loin"

Cette aventure relève du "rêve" indique-t-il, avant d'ajouter : "L'Olympique lyonnais représente à mes yeux un grand club européen et mondial, avec un bon palmarès et sept titres de champions de France d'affilée. En plus, c'est un bon club formateur". Sportivement, le jeune helvète n'est pas dans l'inconnu et sait ce qui lui reste à faire : "Durant la première partie de saison, je vais faire un match sur deux avec l'autre gardien des 16 ans. A moi de prouver que je ne suis pas venu pour rien. Pour l'instant je ne pense pas du tout à l'équipe professionnelle. Le titulaire Hugo Lloris est exceptionnel, surtout pour son jeune âge (22 ans)".

"Il doit canaliser son énergie"

Xavier Lafargue, journaliste à La Tribune de Genève a suivi de près l'évolution de Jérémy : "C'est un gardien qui a beaucoup de qualités athlétiques, avec énormément de présence sur un terrain". Il est vrai que son mètre 90 pour 87 kilos font de lui un beau bébé. "L'OL est venu le chercher parce que le club n'a pas trouvé de gardien comparable dans sa catégorie d'âge ", poursuit notre confrère. Ce n'est pas Thierry Barnerat, son coach spécifique au Servette de Genève, qui dira le contraire : "Mentalement, il est très fort, presque trop gagneur, donc il doit canaliser son énergie. Très courageux, il n'a pas peur d'aller tête la première dans les pieds des attaquants. Techniquement, il est bien pour son âge. Voilà plus de 20 ans que je suis chez les professionnels, j'ai rarement vu cela. Bien évidemment, il doit encore progresser. S'il gagne en vitesse d'exécution, je pense qu'il peut aller très loin". Aussi loin que Petr Cech, son modèle qui évolue à Chelsea ? Seul l'avenir le dira.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut