Claude Puel : "Il faut s'attendre à quatre matches difficiles"

L'OL reçoit Auxerre, mercredi soir, dans le cadre de la 36ème journée de Ligue 1. Pour Claude Puel, l'objectif est de gagner tous les matches.

Dans quels domaines la victoire face à Montpellier a-t-elle fait du bien ?
Au niveau comptable déjà. Il nous reste peu de matches, cette victoire face à Montpellier était très importante. Il a fallu se relancer après le Bayern et ce n'était pas évident psychologiquement. Cela a été bien réalisé par les joueurs, ils ont su très vite se remobiliser pour le championnat. Maintenant qu'on y est, il faut jouer à fond. Le plus dur reste à venir. Auxerre aura quand même deux jours de récupération, c'est pas mal. Nos blessures nous posent des problèmes, c'est difficile de pouvoir faire tourner l'effectif. On va jouer tous les deux jours, ce n'est pas plus mal. L'important c'est de gagner les matches les uns après les autres.

L’objectif de cette fin de saison est-il de remporter tous les matches restants ?
Le plus important, c'est de gagner face à Auxerre. Après on verra. Le plus dur a été d'oublier la Ligue des Champions. Maintenant, on est passé à autre chose, on ne se consacre qu'au championnat. Il a fallu rebondir après cet échec. La force de notre équipe, c'est son caractère. C'est ce qui va faire la différence en cette fin de saison.

Combien de points vous manquent-ils pour être assurés, selon vous, de terminer sur le podium ?
On ne va pas commencer à calculer. On fera le bilan à la fin. Il faut gagner tous nos matches. Il ne faut pas compter sur les autres équipes. On est maître de notre destin. Il nous reste trois matches à disputer à domicile mais ce n'est pas forcément gagné. Il faut s'attendre à quatre matches difficiles.

"Bastos sera avec nous la saison prochaine"

Que pensez-vous de l’AJ Auxerre ?
Auxerre a fait de bonnes choses cette saison. C'est une équipe à l'aise dans le jeu. On sait qu'à tout moment elle peut déclencher une attaque avec Pedretti, Jelen ou Niculae (forfait jusqu'à la fin de saison en raison d'une déchirure aux ischio-jambiers, NDLR). Ils sont en confiance en ce moment. Certains joueurs se sont révélés. C'est une équipe qui a une bonne maîtrise du ballon, et capable de jouer court et d'accélérer avec Pedretti. Ils ne se débarrassent pas du ballon. C'est un jeu simple mais efficace.

Comment interprétez-vous les propos de Michel Bastos qui a déclaré au sujet de rumeurs qui l’annonçaient partant de l’OL la saison prochaine qu’il souhaitait rester ?
Je n'ai pas eu vent de ces rumeurs qui sont infondées. Je ne sais pas qui a pu rapporter ça. Michel Bastos a fait une bonne saison. En termes d'efficacité, de buts et de passes, c'est pas mal. Petit à petit, il sait ce que j’attends de lui en termes de volume de jeu et de régularité. Il est sur le bon chemin. Il sera avec nous la saison prochaine.

Pensez-vous que l’OM va être champion ?
Oui, il faudrait une catastrophe pour qu'il ne le soit pas. Ils sont dans une dynamique positive. Tout comme Bordeaux la saison dernière. Ce n'est qu'une question de jours. Mercredi, ils peuvent déjà être sacrés champion. Notre match au Vélodrome fut un tournant pour eux. Après leur élimination en Coupe d'Europe, ils ont pu jouer le championnat à fond.

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut