A quel jeu joue Sidney Govou ?

Muet depuis sa sortie nocturne trop arrosée, Sidney Govou s’est livré mercredi dans les colonnes de l’Equipe. Une sortie médiatique très surprenante, à quelques jours d’un match choc contre Marseille.

Le brassard de la discorde

Incorrigible Govou ! En pleine préparation de leur déplacement à Marseille, les Lyonnais n’avaient pas vraiment besoin de ça. On se demande bien pourquoi Sidney Govou a choisi de s’exprimer maintenant. La qualification face au Real et la bonne tenue de l’OL en championnat rendent incongrue la sortie médiatique d’un Govou qui règle ses comptes avec son club et son coach. Ce jeudi, l’international français qui refusait jusqu’à présent de parler aux médias(1) a trouvé une bonne occasion de briser le silence dans l’Equipe. Dans un premier temps, il revient sur la décision de Claude Puel de lui retirer le brassard de capitaine suite à son escapade nocturne trop arrosée(2). “On m'enlève le brassard et quand l'équipe ne va pas bien, on veut m'envoyer au front parce que j'ai de l'expérience et que je saurai dire ce qu'il faut ? Là, ça m'a gonflé”, s’insurge le joueur.

Le natif du Puy-en-Velay n’a guère apprécié que l’information ait pu se retrouver dans les colonnes du Progrès. “Quand une réunion de cinq personnes se tient sur le sujet et que l'information sort dès le lendemain sans que je sois au courant, c'est que quelqu'un a parlé. Avant que je sache qu'on me retire le brassard, c'est déjà dans le journal. Qu’on sache que je suis sorti, c’est une chose. Mais qu’on connaisse la sanction avant moi, c’est que l’une de ces cinq personnes a parlé.”

Pas de rapports avec Puel

Sidney Govou ne s’arrête pas là et revient sur ses “rapports” avec Claude Puel. “Je n'ai pas de rapports, c'est aussi simple que ça. Je suis un joueur de l'OL, je fais mon métier, je fais ce qu'il me demande, ça s'arrête là”, avoue celui qui est l'un des joueurs les plus écoutés dans le vestiaire rhodanien. “Je n'aime pas cette gestion humaine. Je regrette le manque de discussion. Cette façon de tout contrôler, ce n'est pas moi, je me sens moins bien à l'intérieur.” Ce que Govou déplore, n'est pas vraiment un scoop. Claude Puel n’a jamais entretenu de rapports fusionnels avec ses joueurs. En fin de contrat, en juin prochain, Sidney Govou souhaite quitter Lyon. “Je sais qu'il ne faut jamais dire de trucs comme ça. Mais je ne vois pas ce qui pourrait me donner envie de rester. Je pense qu'eux comme moi, on a compris qu'il était peut-être temps que ça s'arrête.”

Källström : “Il faut assumer”

De quoi prêter à sourire puisque chaque année, le joueur exprime son envie d’aller sous d’autres cieux, sans vraiment, trouver chaussure à son pied. Cette fois-ci, Govou envisagerait de rejoindre le club de la capitale. “Le PSG fait partie de mes envies, mais il a d'autres problèmes en ce moment que de savoir s'il a envie de moi ou pas”, indique-t-il un brin lucide. Interrogé mercredi à l’issue de l’entraînement au sujet de cette sortie médiatique, Kim Källström ne s’est pas défilé : “Je ne sais pas pourquoi il a dit ça maintenant, il faut lui demander. Chacun a le droit de dire ce qu'il veut. Après il faut l'assumer ! “ Le Suédois estime que les propos de Govou ne perturbent pas le groupe. “On est là pour s'entraîner et pour être performant les week-ends. Il faut être capable de faire abstraction des choses extérieures au terrain.”

Bernard Lacombe : "il n'a pas le droit d'attaquer l'institution"

Quant à Bernard Lacombe, il ne cache pas sa déception sur le site internet du club lyonnais : "Les déclarations de Sidney sont regrettables. Quand on connait le garçon comme je le connais, on ne peut être que choqué. Dans cette interview qu’il a donnée à l’Equipe il a attaqué l’institution. Je pense que nous avons certainement fait beaucoup de choses pour lui, plus que pour les autres. Qu’il fasse maintenant ce genre de déclarations, c’est un peu déplacé. Je ne peux pas accepter qu’on parle de bons moments pour faire ce type de déclaration, surtout pas à quelques jours d’un match déterminant contre Marseille. Il n’a pas le droit, je le répète, de toucher à l’institution." Et de poursuivre : "Il a réalisé des choses superbes et a tout gagné avec le club. Mais ces différentes victoires ne lui permettent pas de dire n’importe quoi. C’est un peu surprenant, il a été maladroit. Je ne comprends pas où il veut en venir. Si je me rappelle bien, c’est Claude (Puel) qui l’a choisi comme capitaine en début de saison, et le club lui a fait une proposition de prolongation de contrat de deux ans parce qu’il avait confiance en lui. Après certains évènements que tout le monde connait, nous lui avons simplement précisé que nous maintenions cette proposition sous réserve qu’il soit exemplaire."

(1) La seule interview qu’il a acceptée c’est un entretien à l’Equipe Mag.

(2) Dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 octobre 2009, Sidney Govou est aperçu ivre dans une "discothèque" du Grand Prix de Tennis de Lyon.

à lire également
Une semaine après l'altercation entre Bruno Genesio et un supporter dans le quartier de Confluence, le journal L'Equipe a publié, ce samedi, une enquête sur les dessous de cette soirée. Pas vraiment du goût du président de l'Olympique lyonnais, qui n'a pas hésité à aller au contact avec les supporters critiques sur Twitter, de manière parfois très véhémente. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut