Le Lou à Montpellier
© LOURugby

A Montpellier, le Lou enchaîne une 5e défaite consécutive (38-17)

Alors qu'ils pensaient tenir le match nul à 10 minutes du coup de sifflet final, les Lyonnais se sont finalement inclinés face au champion d'automne.

L'orage montpelliérain a été aussi tardif que foudroyant. Dans la capitale héraultaise, les Lyonnais ont d'abord cru tenir un bon match nul, face à des locaux qui restaient sur deux contre-performances, avant de se faire déborder en fin de match. Car le score final, ni le bonus offensif glané par Montpellier ne dit pas tout de ce match, entamé pied au plancher par Lyon.

Leaders avant une série de quatre défaites, les hommes de Pierre Mignoni devaient se relancer à Montpellier. Volontaires, ils s'y emploient dès la 4e minute, avec un essai du flanker Gill sur ballon porté faisant suite à une pénaltouche. Et si les héraultais, invincibles à l'Altrad stadium, répliquent par Picamoles (17e, 35e), le Lou s'accroche. Grâce à une réalisation de Regard, puis par Harris au pied.

Steyn, le réveil du Springbok

17-17 à la 69e minute de jeu. C'est le moment qu'attend Frans Steyn, jusqu'alors pataud dans le jeu, fébrile face au poteaux et sifflé par son public, pour éclairer le match de son talent. Le demi d'ouverture sud-africain offre, par une chevauchée remarquable puis un extérieur du pied admirable, deux essais à son ailier droit Nagusa (69e et 72e). Un festival, conclu par Tomane dans la foulée, qui permet à Montpellier de terminer la phase aller en tête du Top 14.

Loin du titre de champion d'automne et des altitudes d'il y a quelques semaines, le Lou finit la première moitié de saison au milieu du classsment, 7e avec 33 points, comme Toulouse (6e) et Bordeaux (8e). Les hommes de Pierre Mignoni qui n'ont plus gagné depuis deux mois et cette victoire à Oyonnax le 28 octobre, tenteront de reprendre leur marche en avant le 31 décembre face à Pau

à lire également
Couloir du stade de Gerland, investi en par le Lou Rugby début 2017 © Tim Douet
Autour du déménagement du Lou à Gerland, des opérations immobilières et contractuelles ont permis au club de rugby de récupérer près de 40 millions d’euros de la Ville de Lyon, de manière directe ou indirecte. À l’heure où la collectivité se serre la ceinture, ces largesses font tiquer...
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut