Capture d’écran 2013-07-12 à 14.52.02

Tour de France : Lyon, à jamais dans l’histoire de la course

Le Tour de France est déjà passé 15 fois à Lyon. Ce samedi 13 juillet constitue donc un 16e rendez-vous pour la ville avec cette épreuve sportive historique. Les coureurs arriveront en fin d’après-midi au stade de Gerland, après 17 km dans Lyon intramuros.

1903-1910 : la Belle Époque

Hormis en 1905 et 1906, le Tour de France passe chaque année à Lyon durant cette décennie. C’est la période des grandes étapes, entre les principales villes de France. On retrouve ainsi en 1903 un Paris-Lyon, l’année suivante Lyon-Marseille. Il faut une journée entière aux coureurs pour franchir de telles distances, avec des départs et des arrivées fixées au milieu de la nuit.

Lyon restera à jamais dans la grande histoire du Tour de France pour avoir accueilli la première arrivée d’étape de la compétition, en 1903. Maurice Garin l’avait emportée, faisant ce jour-là un grand pas vers sa victoire dans la première édition de cette épreuve reine du cyclisme.

1911-1947 : le grand vide

Suspendu pendant les deux guerres mondiales, le Tour du France obéit à une simple logique : le parcours se fait tout le long des frontières de l’Hexagone. Le Tour n’aura jamais aussi bien porté son nom ! Conséquence, Lyon n’est pas une ville étape durant toute cette période, les coureurs passant généralement par Grenoble.

Pourtant, la popularité de l’épreuve croît davantage dans les années 1920 grâce à la couverture médiatique. Dès 1930, les émissions radiodiffusées apparaissent et les premiers reportages d’actualité datent de 1932.

1947-1965 : le retour de Lyon

Exposition Tour de France- Mairie de Lyon

1947 marque le grand retour de Lyon dans le parcours dessiné par les organisateurs. Lyon est soit une étape de transition (1950 et 1954), c’est-à-dire une étape courue entre deux montagnes, soit un contre-la-montre (1956). 1962 est l’année la plus marquante sur le plan sportif : Jacques Anquetil, quintuple vainqueur du tour, remporte la victoire dans le contre-la-montre. Il endosse alors le maillot jaune à la veille de l’arrivée finale et gagne ainsi son 3e Tour de France.

Les années 1960 marquent les premières retransmissions télévisées en direct du Tour, notamment certaines arrivées et parfois des étapes entières comme en 1964, année du duel Poulidor/Anquetil.

1966-1990 : les petites villes à l’honneur

Exposition Tour de France- mairie de Lyon

Cette période ne comporte pas d’étape purement lyonnaise. En revanche, des villes comme Saint-Priest (1981) ou Villefranche (1984) accueillent le Tour de France. C’est la période des étapes courtes, et les organisateurs favorisent les petites ou moyennes villes comme Saint-Etienne (1985, 1986). En règle générale, ce sont des courses contre la montre organisées la veille de l’arrivée finale, pour figer la hiérarchie en place après les Alpes.

Dans les années 1980-1990, la volonté du Tour est d’internationaliser le parcours (Berlin en 1987, l’Angleterre en 1974 et 1994)

1991 : la grande année

C’est la grande année pour Lyon, qui accueille le prologue du Tour. D’ailleurs, les coureurs resteront près de trois jours dans l’agglomération. Thierry Marie, spécialiste de la discipline, remporte ce prologue inaugural. Le lendemain, Lyon accueille deux étapes – une pratique à la mode à l’époque : un parcours court le matin, réglé au sprint, et un contre-la-montre par équipe l’après-midi. Le prologue empruntant les allées du parc de la Tête-d’Or offre l’une de ses images que le Tour de France aime tant à diffuser en mondovision.

2003-2013 : pour l’honneur

2003 est le centenaire du Tour de France. Les organisateurs, pour l’occasion, ont décidé de choisir toutes les villes où est passé le premier Tour, en 1903. Lyon est donc une étape obligatoire.

Dix ans plus tard, la mairie de Lyon a souhaité accueillir de nouveau le Tour comme ville d’arrivée. Une étape de transition pour les coureurs, avant de se lancer ce dimanche dans l’ascension du mont Ventoux.

-----

Les illustrations de cet article font partie d'une exposition à voir dans l'atrium de l'hôtel de ville de Lyon, aujourd'hui et demain samedi 13 juillet, de 12h à 19h. Entrée libre.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut