Ségolène Royal dévoile "un pacte de confiance avec les jeunes"

Elle était mercredi soir à Décines, avec l'objectif de répondre à la polémique sur ses appels aux jeunes à "manifester pacifiquement", peu avant les émeutes lyonnaises. Elle formule plusieurs propositions pour favoriser l'emploi des moins de 25 ans. Elle a rencontré des jeunes de la ville. Récit.

Eteindre l'incendie sans se déjuger. Ce mercredi, Ségolène Royal était au Toboggan (centre culturel de Décines) pour un meeting consacré à la place des jeunes dans la société. Surtout elle convoquait la presse. Objectif : faire taire la polémique après ses appels aux lycéens à manifester "pacifiquement", peu avant les émeutes lyonnaises et les heurts de Nanterre. Sa venue a suscité des critiques, notamment du conseiller municipal Emmanuel Hamelin (UMP) qui a condamné sa présence, la percevant comme une "provocation inadmissible pour les Lyonnais qui ont tant souffert des graves tensions ces derniers jours".

"Il faut que tous les jeunes se lèvent le matin avec quelque chose à faire"

L'ex-candidate à la présidentielle a balayé la polémique. "Tout juste si ce n'était pas moi qui courait d'une manifestation à une autre pour casser les vitrines", a-t-elle plaisanté. Elle a fait remarquer que le Président de la République a lu la lettre de Guy Môquet qui n'était âgé que de 17 ans. "Les jeunes ont bien compris que la retraite est liée aux années d'activité". Elle estime que la mobilisation contre la réforme des retraites est "salutaire" et dénote d'un certain "courage". "Rien ne serait pire que le repli pour soi".

Surtout, elle est venue pour présenter son pacte de confiance avec les jeunes. Parmi ses mesures, l'obligation pour les entreprises percevant des aides de l'Etat d'intégrer des jeunes (embauche, alternance ou apprentissage), la généralisation des aides de 5 à 10.000 euros pour les créateurs d'entreprises sur le modèle de Poitou-Charentes et la création d'un service civique. "Il faut que tous les jeunes se lèvent le matin avec quelque chose à faire", dira-t-elle plus tard.

"Comment va-t-on partir alors qu'on n'est pas rentré ?"

Le point presse passé, elle est allée à la rencontre d'une vingtaine de militants CGT stationnés à l'extérieur du Toboggan, chantant avec eux. Puis a participé à une table ronde avec des jeunes de la commune. "Ils sont désespérés, ils se sentent insultés", a expliqué un (jeune) responsable associatif. "Même vous, vous en avez fait les frais. On ne voulait pas qu'ils (les jeunes, NDLR) manifestent. Ce sont les médias qui ont fait le jeu en disant qu'ils allaient casser. Et c'est parti en cacahouètes", se dédouane l'un d'eux. Le responsable associatif l'interpelle sur "l'assassinat" de Zyed et Bouna - leur mort dans un transformateur de Clichy-sous-Bois ayant déclenché les émeutes de 2005. "Vous trouvez normal que ces policiers ne soient pas jugés alors que certains jeunes ont pris la semaine dernière de la prison ferme ?". Ségolène Royal acquiesce, mais assure que la procédure judiciaire est en cours (1). "Que les casseurs soient sanctionnés, ça me parait normal, mais il ne faudrait pas jeter le discrédit sur l'ensemble des jeunes", dit-elle.

Sur la réforme des retraites, l'un deux remarque, à propos du marché du travail : "Comment va-t-on partir alors qu'on n'est pas rentré ?". La discrimination à l'embauche revient dans les témoignages. "On est jeune, on vient de banlieue, on n'est pas vraiment Français". Un lycéen dit "avoir de grandes ambitions" : intégrer une classe prépa puis une école d'ingénieur. "Il faut être dans une élite pour avoir une chance d'avoir un bon poste". Un de ses interlocuteurs interpelle la socialiste sur le fait qu'aucun député n'est issu de l'immigration maghrébine. "Ce sera pour les prochaines élections", assure Royal.

(1) Le 25 octobre dernier, le parquet de Bobigny fait appel du renvoi devant le tribunal correctionnel des deux policiers mis en examen pour non-assistance à personne en danger. On ignore donc si ce procès aura lieu, la défense demandant un 'non lieu'.

à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]
3 commentaires
  1. corgnolon - 28 octobre 2010

    La venue de Ségolène à Lyon, on y voit plus clair :'Objectif : faire taire la polémique après ses appels aux lycéens à manifester 'pacifiquement ', peu avant les émeutes lyonnaises...'.Elle n'a qu'à régler la note de son appel au pacifisme.

  2. christian - 28 octobre 2010

    Il y a donc du 'beau linge' à LYON dans les rues aujourd'hui à LYON ?On n'a pas encore eu de lecture de l'évangile selon la Madone ?ni même de compte de la réunion œcuménique avec les D'jeunes ?Au fait, comment se déplace t elle ? en ségomobile ? et on lui baise les mains ?MDR juste d'imaginer la scène ?

  3. christian - 28 octobre 2010

    Il y a donc du 'beau linge' à LYON dans les rues aujourd'hui à LYON ?On n'a pas encore eu de lecture de l'évangile selon la Madone ?ni même de compte-rendu de la réunion œcuménique avec les D'jeunes ?Au fait, comment se déplace t elle ? en ségomobile ? et on lui baise les mains ?MDR juste d'imaginer la scène ?

  4. Gérard Eloi - 28 octobre 2010

    ' Avec l'objectif de répondre à la polémique...'Tout à fait faux : avec pour objectif de proposer un plan pour l'emploi des jeunes.( NB : un 'plan emploi' est d'autant plus important à l'heure actuelle que le deficit de la Sécu atteint des sommets. Or, nouveaux emplois = nouvelles cotisations.)Les cinq axes de ce plan :------------------------------ -...Ségolène Royal a lancé un appel pour un «pacte national de confiance pour l'emploi des jeunes» décliné en cinq propositions. Elle demande tout d'abord aux entreprises qui bénéficient d'aides publiques d'ouvrir leurs portes aux jeunes sous peine de pénalités financières. Ensuite, elle propose de lancer un plan national pour l'apprentissage puis de faire en sorte que tous ces apprentis trouvent un emploi en entreprise. .... Quatrième proposition : la généralisation des bourses «désir d'entreprendre» mises en place dans sa région, en Poitou-Charentes. Dernier point enfin, la création d'un service civique pour tous les jeunes sans emploi. «Voilà comment donner à tous les jeunes une bonne raison de se lever le matin et faire en sorte qu'aucun ne soit en situation de désœuvrement», a-t-elle conclu. (dans Le Figaro :)http://www.lefigaro.fr/politique/2010/10/27/01002-20101027ARTFIG00758-royal-propose-un-pacte-national-pour-les-jeunes.php

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut