Thierry Philip vélo
© Tim Douet

PS : Pourquoi Thierry Philip soutient Hamon

Le vice-président de la métropole – à la santé et à la qualité de l’air – est l’un des rares élus lyonnais à ne pas avoir rallié Emmanuel Macron. Il nous a expliqué pourquoi.

Thierry Philip est l’un des rares élus lyonnais à ne pas avoir rallié Emmanuel Macron. Le maire PS du 3e arrondissement explique à Lyon Capitale les raisons qui le poussent à soutenir Benoît Hamon : “Je pense d’une part que la fidélité est une chose importante. Depuis 2004, j’ai toujours été élu avec l’étiquette PS. Deuxièmement, l’avenir, quel que soit le résultat de 2017, passera par le PS. Et puis, comme je suis de gauche, je ne me satisfais pas d’une personne qui ne sait pas si elle est de gauche, de droite ou d’on ne sait où.”

“J’aime bien lire les programmes...”

Thierry Philip glisse aussi une petite remarque acerbe : “J’aime bien lire les programmes, aussi…” Soutien de Manuel Valls, il rallie Benoît Hamon sans grandes difficultés : “Il a une vision rafraîchissante. Il a perçu des choses de la société française, qui est bloquée. C’est le moment de réfléchir. Si je dois être dans l’opposition au PS, je le ferai. Ce n’est pas déshonorant. On ne quitte pas un bateau en difficulté. Surtout que le navire PS ne l’est pas tant que ça.”

Thierry Philip, qui est vice-président de la métropole (chargé de la santé et de la qualité de l’air), ne s’offusque pas du départ de la plupart de ses camarades élus vers Emmanuel Macron : “Gérard Collomb a toujours eu une capacité d’entraînement. J’ai toujours été libre. Localement, je soutiens Gérard Collomb. Au plan national, quand je regarde, par exemple, les plans oxygène des candidats, je trouve que celui de Benoît Hamon va plus vite que celui d’Emmanuel Macron.”

Lire aussi : La semaine où le PS n’a pas implosé

à lire également
Pour le maire de Lyon, les quatre thèmes du grand débat national seront plutôt hors sol à Lyon. Selon Gérard Collomb, la ville est en avance sur la fiscalité, la démocratie ou l'environnement. Pour autant, il organisera des réunions publiques durant ces deux mois de concertation pour tenter de sortir de la crise des gilets jaunes.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut