Perben dénonce la "déclaration de guerre" de Collomb

Finalement, il ne s'est pas engagé. Je suis à la fois extrêmement gentil... et déterminé." Le maire socialiste conclue : "Perben a déjà fait le tour des popotes et sait que c'est cuit."

Ces propos ont immédiatement fait réagir l'opposition. Dans un communiqué, Philippe Genin, le porte-parole de Lyon Nouvel Horizon, (association de campagne de Perben), se dit "indigné par la méthode utilisée par Monsieur Collomb pour lancer sa campagne électorale."

Genin ajoute : "Il s'agit de véritables déclarations de guerre constituées par des menaces à l'encontre de ceux qui auraient le désir de rallier Dominique Perben. (...) Comme j'avais eu l'occasion de le dire, j'ai moi-même fait l'objet de menaces directes du maire de Lyon. Plusieurs personnalités lyonnaises que j'avais invitées à rencontrer Dominique Perben m'ont rapporté avoir également fait ensuite l'objet de telles pressions." Genin conclue : "Il s'agit là de méthodes utilisées dans des mondes souterrains incompatibles avec les valeurs auxquelles personnellement je suis attaché et je suis stupéfait que Monsieur Collomb n'hésite pas à les réitérer publiquement, faisant ainsi une nouvelle fois la preuve de son plus profond mépris pour les autres.

Monsieur Collomb prétend rassembler. On comprend aujourd'hui qu'il s'agira d'un rassemblement par la menace et l'anathème."

Philippe Genin dénonce aussi les "calomnies à l'encontre de Dominique Perben lui-même sur lequel (le maire) prétend s'être constitué des dossiers". Dans Lyon Capitale, Gérard Collomb en effet :

"Je n'ai rien dit sur l'affaire Aubert (trésorier du RPR à Chalon sur Saône, quand Perben était maire, ndlr), ça ne m'empêche pas d'avoir des dossiers. Et mon ami Montebourg est un spécialiste de cette affaire ! Aubert, qui va bientôt sortir de prison, n'aimerait pas y retourner..."

Le lancement de la campagne se fait au bazooka.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut