Municipales sans Gollnisch

Ses ennuis de santé de l'été ont laissé des traces. Il annonce qu'il ne sera plus délégué national, mais seulement secrétaire-adjoint chargé de l'international et des programmes. Il se recentre sur ses deux mandats de député européen et de conseiller régional Rhône-Alpes. Il laisse la fédération du Rhône entre les mains de Christophe Boudot. Il ne sera pas candidat aux municipales, sauf, peut-être " pour pousser la liste ", en position non-éligible.

Nouvelle tête de liste, Christophe Boudit devrait donc conduire la campagne en mars 2008. Selon Bruno Gollnisch, l'alliance de l'UMP avec les millonistes et les villieristes ouvre au FN un boulevard. " Je veux que le Front National revienne au Conseil Municipal ". C'est le mariage du la carpe et du lapin. Pire : c'est un PACS ! L'ouverture selon Perben, (il ironise), cette tentative d'enrôler Patrice Schoendorff-Ela, un ancien du MJS. Et puis " quoi de commun entre Fabienne Lévy qui a trahi Millon et les autres candidats ". Ceux qui avaient accepté l'alliance avec le FN en 1998.

Mais l'arithmétique électorale est impitoyable. A moins de 5 %, aucun élu, à plus de 10 % une liste peut se maintenir si elle le désire. Entre les deux, elle ne peut se présenter au second tour que si elle fusionne avec une autre. Y' aura-t-il des alliances ? " Pour un mariage il faut être deux, nous n'avons vu aucun signe de l'autre côté ". Mais quelquefois il y a des mariages secrets...Sourires à la tribune.

Les frontistes y croient. Sarkozy leur a siphonné leur électorat et beaucoup de leurs thèmes, mais c'est un trompe l'œil. " le balancier politique va revenir ". Dans le 8è, le 3è, le 2è, ils espèrent passer la barre des 10 % . Ils se battront sur la fiscalité, pour une politique de préférence familiale, contre la persécution des automobilistes sous l'influence des Verts.

Gollnisch sera toujours Gollnisch. Il imite la voix de Raymond Barre supposé parler de lui " Mais pas du tout, c'était un type bien et un excellent conseiller municipal ". Il fustige les " lois liberticides ". Il précise : la Loi Perben contre l'homophobie au nom de laquelle le député UMP Vaneste a été condamné par les tribunaux pour avoir défendu le principe de la supériorité de l'hétérosexualité sur l'homosexualité. Liberticide. On ne peut plus homophober en paix. Il n'a rien contre les homosexuels, bien sûr. Qu'est-ce que ce serait !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut