Lyon manque-t-elle de piscines ?

Avec l'arrivée des beaux jours, le débat sur les piscines refait surface. Avec les projets de centres nautiques à la Confluence et à Sergent Blandan qui tombent à l'eau, la majorité à du mal à ne pas perdre pied. Et le débat se poursuit, entre rénovations des équipements existants pour la gauche et nouvelles constructions pour la droite.

Denis Broliquier, conseiller municipal de Lyon (divers droite) l'a promis, « le dossier sortira à chaque réunion du conseil municipal », et la séance du 12 juillet n'a pas dérogé à la règle. L'opposition n'a pas manqué de souligner l'abandon par la ville de projets de deux nouvelles piscines : celle à Sergent Blandan (7e Arr.) et celle à la Confluence (2e Arr.). Des « promesses électorales que Collomb n'a pas tenues ».

Du côté de la majorité, on prend un peu l'eau. Première bouée de sauvetage : le conseil de voisinage de Sergent Blandan s'était dit défavorable à une piscine, par peur de nuisances sonores. C'est l'argument utilisé par la municipalité pour justifier l'abandon du projet. « On ne peut pas aller à l'encontre des citoyens  » se défend Thierry Braillard, adjoint aux sports de la ville de Lyon (Radicaux de gauche). Pour Denis Broliquier pourtant il n'y a pas de problème : « On n'est pas sur la place du village, la décision se prend au niveau de la commune, pour toute la commune ». La majorité se fait ensuite couler par la droite sur le projet de la piscine de Confluence, abonné lui aussi. Elle se raccroche alors au cabinet d'architectes Herzog & Meuron qui a conçu le projet d'aménagement de la seconde phase de Lyon Confluence. Eux voient un parc, plutôt qu'un énième équipement de proximité. Donc pour l'instant, aucune nouvelle piscine ne sera construite. « Il faut s'occuper des anciennes avant de penser à en faire de nouvelles  » pour Thierry Braillard.

Une super piscine du Rhône

Une des promesses du candidat Collomb sera pourtant tenue. Il s'agit de faire rénover complétement le centre nautique du Rhône situé sur le quai Claude Bernard (7e Arr.) et permettre son utilisation tant en été comme aujourd'hui, qu'en hiver. Une somme de 20 à 23 millions d'euros devrait être investie dans des travaux qui devraient se terminer pour l'hiver 2014. Une bonne chose donc pour cet établissement qui a accueilli plus de 100 000 baigneurs l'été dernier. Un chiffre en hausse par rapport aux autres années, et une augmentation qui s'observe aussi sur les autres piscines de la ville.

Mais pour Denis Broliquier, c'est justement cette hausse qui justifie la construction de nouveaux centres nautiques. « Pour être bien placé au niveau du ratio piscines/habitants, il nous faudrait deux ou trois piscines de plus  » selon le conseiller municipal qui n'hésite pas à qualifier la ville de «  cancre  ». Lyon intra-muros compte une piscine pour 43 000 habitants, quand Strasbourg dispose d'une piscine pour 30 000 habitants. Mais à l'inverse, il y a plus «  cancre  » que Lyon : Lille (1 piscine pour 75 000 habitants) ou Paris (1 pour 58 000 habitants).

à lire également
L'autoroute A6/A7
David Kimelfeld et Georges Képénékian n’ont pas été ménagés ce mercredi soir par le public, venu très nombreux, à la première réunion publique sur le déclassement de l’A6/A7. Où ont été mises en exergue les difficultés qui attendent les périphéries de la métropole d’ici à 2020, quand le déclassement sera effectif.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut