Tique

Lyon : des risques d'attraper la maladie de Lyme dans les parcs publics ?

C’est ce que vont essayer de déterminer la ville de Lyon, la métropole, l’ARS et VetAgro Sup dans une étude qui aura lieu dans plusieurs parcs de l’agglomération. 

Dans le cadre du plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyon et les maladies transmissibles par les tiques (Borréliose), la ville de Lyon, la métropole de Lyon, VetAgro Sup et l'Agence régionale pour la santé (ARS), vont étudier la présence de tiques dans les parcs urbains de la ville et de la métropole de Lyon. Un partenariat mis en place après qu'une étude de faisabilité réalisée en 2018 dans deux parcs de l'agglomération a confirmé la présence de ces insectes. La ville souhaite donc établir une évaluation des risques dans les espaces verts. “Cette étude permettra d'avoir un aperçu des zones les plus à risque au sein des parcs, de réfléchir à l'interprétation de ces résultats au regard de la politique d'aménagement et d'entretien des espaces verts (création de travées vertes, diminution des fauches et reforestation des villes)”, assure la municipalité.

L'étude sera concentrée sur quatre parcs de la métropole : le parc de la Tête d'Or, le parc de Lacroix Laval, le parc de Parilly, et le parc de Brétillod. La ville de Lyon va participer à hauteur de 6000 euros à ce projet. Une publication scientifique sera réalisée au terme de la recherche. 

à lire également
Le président de la métropole de Lyon a annoncé ce mardi qu'il avait demandé des travaux pour étudier les alternatives à l'Anneau des sciences, si ce périphérique ouest ne se faisait pas. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut