Le préfet du Rhône “victime expiatoire” de Collomb selon Wauquiez

Pour le président du conseil régional, Henri-Michel Comet est une “victime expiatoire” utilisée par Gérard Collomb pour “éviter d’assumer (...) la défaillance de l’État de droit dans notre pays”.

“Qui peut croire juste un instant qu’un préfet soit en cause ?”

Invité ce mercredi matin sur RTL, Laurent Wauquiez s'est montré plus que perplexe par rapport à la décision de Gérard Collomb de remplacer Henri-Michel Comet, le préfet du Rhône, après le double attentat de Marseille. "On a eu surtout des révélations au fond assez terribles sur les dysfonctionnements de l’appareil d’État. Mais qui peut croire juste un instant qu’un préfet soit en cause ?" s'est questionné le président du conseil régional. Selon Laurent Wauquiez, Gérard Collomb a "fait sauter un préfet pour éviter qu’un ministre assume". "Je préférerais, plutôt que d’aller chercher une victime expiatoire, en faisant croire que c’est le préfet d’une région de neuf millions d’habitants qui n’a pas bien instruit un dossier d’une personne en préfecture, qu’on se pose les questions de fond. La question, ce n’est pas un homme, c’est la défaillance de l’État de droit dans notre pays", a conclu le candidat à la présidence du parti Les Républicains.

Henri-Michel Comet a été démis de ses fonctions par Gérard Collomb suite au rapport de l’Inspection générale de l’administration, rendu public par le ministre de l'Intérieur, qui révèle qu’“un ensemble de dysfonctionnements” à la préfecture du Rhône a entraîné la remise en liberté de l'auteur de l'attaque terroriste de Marseille, qui a fait deux victimes le 1er octobre. Il va être remplacé par Stéphane Bouillon, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

1 commentaire
  1. FEFI - 12 octobre 2017

    Tout comme la FRAPNA et autres associations, victimes de Wauquiez et de Verney-carron, au profit des chasseurs.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut