"La victoire est à portée de main"

Le maire de Lyon était à Villepinte dimanche pour la présentation du programme de Ségolène Royal. Il raconte à Lyon Capitale.

Vous sortez du meeting de Ségolène Royal à Villepinte. Comment l'avez-vous trouvée ?
Pour ceux qui se demandaient si c"était quitte ou double, c'est très évidement double ! Elle a marqué beaucoup de points aujourd'hui. Elle me rappelle les meilleurs accents de François Mitterrand, dans ses meilleurs discours !

Quelle était l'ambiance ?
Il y avait 25 000 personnes*, c'était énorme ! Les gens présents savaient que c'était un moment crucial. Tout le monde est rassuré ! Ils vont repartir dynamisés. On a vu aussi une très forte mobilisation culturelle. Sylvie Testud et Philippe Torreton ont même dû s'asseoir par terre, juste devant moi, au premier rang. Je leur ai dit qu'artiste, c'est une condition difficile ! (rires)

Certains étaient sceptiques, en particulier les proches de Strauss-Kahn, Jospin et Fabius. Est-ce que le PS s'est réconcilié ?
Oui, parce que tout le monde a compris que la victoire était à portée de main. Je pense qu'elle va prendre deux points dans les sondages. Elle a très largement comblé la distance. Mais une bataille, ça se mène jusqu'au dernier jour. Quand j'ai gagné en 2001, personne n'aurait misé un franc sur moi...

Que retenez-vous de son discours ?
Elle a trouvé un bon équilibre. Par exemple, elle défend le sens de l'effort, mais souhaite que l'effort soit pour chaque français porteur de justice sociale.

François Bayrou est pour l'instant le 3e homme. Il est très critique avec Sarkozy... Pensez-vous qu'il puisse appeler à voter Ségolène Royal au second tour ?
C'est lui qui le dira. Il devra bien, à un moment, choisir. Mais étant donné les valeurs qu'il défend, j'espère qu'il basculera du côté de Ségolène Royal.

Préférez vous une alliance avec Bayrou qu'avec Buffet ou Bové ?
Il n'y a aucune exclusive. Mitterrand disait : c'est avec des civils qu'on fait des militaires. De la même manière, c'est avec des non socialistes qu'on fait des socialistes... Mais on n'est pas des marchands de tapis, on souhaite rassembler tout le monde autour d'un projet.

* 15 000 selon Libération

à lire également
Quelques instants après la réélection de Gérard Collomb, Nathalie Perrin-Gilbert (GRAM) donnait au nouveau maire de Lyon un discours haut en couleurs. Une semaine après, elle fait le buzz sur les réseaux sociaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut