plan T2 Bron
Tracé du tram T2

Grand Stade : Collomb envisage qu'Aulas "se tire"

Le président de l'agglomération a défendu lundi 20 septembre en conseil communautaire le prolongement de la ligne T2 vers Eurexpo. En cas d'échec, le principal salon Pollutec partirait peut-être pour Paris, a-t-il fait valoir. Mais il a agité une autre menace, plus ou moins liée à ce dossier : le départ de Jean-Michel Aulas, si le Grand Stade ne se réalisait pas. Faisant cela, il avance l'hypothèse d'un échec d'OL Land.

C'est l'image de la pelote de laine : on en tire un petit bout et c'est tout l'ensemble qui vient. Ce lundi soir, au conseil communautaire, il était question d'une voie de desserte routière d'Eurexpo. On a parlé du prolongement de T2 vers le parc d'exposition. Et au final du Grand Stade. Les sujets ne sont pas identiques, mais tout de même pas mal imbriqués.

Prolongement de T2 : un intérêt pour Bron, Eurexpo... et le Grand Stade

Guillemot ()

©Dominique Perron-Ville de Bron

Annie Guillemot, maire de Bron, est revenue sur le tracé de T2. Selon elle, l'enquête publique a plébiscité le tracé centre, soutenu par "95 % des personnes". Cet itinéraire emprunte l'avenue François Mitterrand puis la rue du Chêne. "Comme maire, je pensais qu'il fallait prendre la ligne directe (ndlr : laquelle a été écartée par les études). La concertation nous a fait choisir une ligne un peu plus éloignée", a expliqué Gérard Collomb. Mais le commissaire enquêteur a proposé un 3e tracé pour desservir la zone commerciale des 7 Chemins, plus au nord. La maire de Bron est opposée à cette option qui conduirait à "une dizaine d'expropriations" et l'amputation de l'avenue Salvador Allende. Le prolongement de T2 vers Eurexpo intéresse Annie Guillemot et la ville : cette ligne desservirait le lycée Jean-Paul Sartre et le parc d'activité du Chêne (3000 salariés). Mais bien sûr, ses opposants y voient surtout un moyen de faciliter la desserte ultérieure du Grand Stade, via un système de navettes à partir de son terminus, Eurexpo.

Et si "Jean-Michel Aulas se tire" ?

plan T2 Bron ()

Tracé du tram T2

"Il est en train de se développer une paranoïa : tout ce qui est à l'Est de Lyon doit concourir au Grand Stade, au service du Grand Capital", a tempêté Gérard Collomb, remonté. Le président de l'agglomération a rappelé que la desserte en tram était demandée par Eurexpo depuis longtemps. Il a une fois de plus agité un chiffon rouge : Pollutec, le plus gros salon accueilli par Eurexpo (2400 exposants, 75.000 visiteurs), consacré au développement durable, pourrait partir à Paris si T2 n'était pas prolongé. Et d'embrayer sur le Grand Stade. Le maire de Lyon s'impatiente que la déclaration d'intérêt général soit signée par le gouvernement. C'est en novembre que l'assemblée communautaire examinera pour la 3e fois la révision du plan local d'urbanisme. Collomb s'est adressé aux opposants : "vous allez faire en sorte que Jean-Michel Aulas se tire et laisse la ville de Lyon avec son stade actuel et son équipe. Nous n'aurons alors que nos yeux pour pleurer. Les mêmes opposants, si on ne leur demande uniquement des financements publics (ndlr : le financement du futur stade est assumé par OL), je ne suis pas sûr qu'il y ait une majorité pour".

Faisant cela, Collomb a levé un tabou, évoquant l'échec de son projet. Un aveu ou une menace ? C'est en tous cas une hypothèse qu'il n'avait encore jamais faite en public. "Il joue une partie de poker menteur, estime Philippe Meunier, député UMP. Il attend que ce projet échoue pour en faire porter la responsabilité à d'autres. Mais il sait que OL Land ne se fera pas à Décines". L'élu de l'Est a rencontré Nicolas Sarkozy cet été. L'occasion pour lui de défendre l'installation du Grand Stade à Gerland. "Aulas et Collomb ont laissé entendre qu'ils avaient le soutien du Président de la République. Mais c'est faux. Le Président me laisse libre de contester ce projet. Son objectif, c'est que la France ait des équipements dignes de ce nom". Peu importe leurs emplacements.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut