Gérard Collomb sera candidat aux sénatoriales

Bien que d’une présence intermittente au palais du Luxembourg, le maire de Lyon va solliciter un nouveau mandat de sénateur, en septembre prochain. Selon nos informations, il en a informé les instances du Parti socialiste par courrier.

"Ce qui motive ma décision, c'est d'abord l'agenda législatif prévu jusqu'en 2017 et les discussions à venir sur la réforme territoriale annoncée par le président de la République et le Premier ministre (...) À un moment où la métropole de Lyon se met en place, je veux poursuivre mon engagement pour une République décentralisée et apporter mon expertise et mon expérience pour que cette réforme soit un succès", écrit-il. Parmi les actions à mettre en œuvre, Gérard Collomb évoque "la suppression des départements en milieu urbain" et la fusion des régions.

L'instauration des métropoles doit, il est vrai, beaucoup à son action de maire et de parlementaire, ainsi qu'à celle de Michel Mercier. Gagné par le cumul des mandats (il est maire et premier vice-président du conseil général), ce dernier a déjà abandonné son fauteuil de sénateur, mais laisse planer un doute sur la possibilité de se remettre en selle en septembre. D'ici là, la loi sur la réforme territoriale aura peut-être programmé la mort des départements.

À ce stade, Gérard Collomb n'est formellement que candidat à la candidature au sein du PS. S'il était réélu, il devrait choisir entre ses mandats de maire et de sénateur en 2017.

à lire également
Ce samedi 12 octobre, la Presqu’île de Lyon va à nouveau accueillir une expérimentation de piétonnisation. Du nord de la Place Bellecour (Lyon 2e) au bas des pentes de la Croix-Rousse (1er). Pour la 2e fois après le 28 septembre.
4 commentaires
  1. Marine - 27 mai 2014

    Et Monsieur LE CUMULARD ose nous donner des leçons de morale..HONTE à tous ces élus qui cumulent les mandats, et prennent les contribuables pour des imbéciles.Je ne comprend pas le gouvernement, on n'arrête pas de nous tenir le discours qu'il faut faire des économies, mettre en vigueur le 'NON CUMUL DES MANDATS' en juillet 2014 au lieu de 2017 ne serait il une preuve que le gouvernement met aussi la main dans sa poche, et non pas dans les nôtres.

  2. bruitdevert - 27 mai 2014

    Dans le climat actuel cette volonté de cumul apparaît clairement pour une provocation. C'est un peu 'après moi le déluge' pour G. COLLOMB ; pourquoi ne pas commencer à assurer sa succession en laissant sa place à David KIMELFELD ou d'autres ? ce serait un geste for pour montrer sa volonté de travailler en équipe et non de concentrer les pouvoirs, mais sera-t-il assez sage pour laisser la main à un(e) autre ?

  3. carton rouge - 27 mai 2014

    Que diable pourquoi informe-t-il le parti socialiste puisqu'il l'a totalement oublié pour se faire élire à Lyon, même plus il a craché dessus ? Quand va-t-il se présenter à l'élection de monsieur muscle ?

  4. kaoetic - 28 mai 2014

    Mais pourquoi notre sarkozyste lyonnais se générait il ? Les sénatoriales sont un arrangement entre élus . Il sait bien y faire regardez ce qui c'est passé pour le Grand Lyon! Question : à quoi sert le Sénat ? ...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut