Nathalie Perrin-Gilbert au conseil municipal, le 19 novembre 2018 © Tim Douet
Nathalie Perrin-Gilbert au conseil municipal, le 19 novembre 2018 © Tim Douet
Article payant

“Gérard Collomb a confisqué la ville” – Entretien avec N. Perrin-Gilbert

En 2020, Nathalie Perrin-Gilbert portera les couleurs de La France Insoumise. Après avoir conquis le 1er arrondissement en 2014, elle lorgne désormais sur la ville entière. En s’appuyant sur les Insoumis et sur des citoyens engagés associativement, elle se fixe l’objectif de “déconfisquer” une ville qui appartient aujourd’hui, dit-elle, à Gérard Collomb et à une “oligarchie politique et économique”. Entretien.


Lyon Capitale : Avez-vous fait alliance avec La France Insoumise pour les municipales de 2020 ?Nathalie Perrin-Gilbert : Je pars avec les Insoumis. Mais il ne s’agit pas seulement de moi, mais aussi du Gram [le mouvement politique qu’elle a créé en 2014, NdlR]. Les adhérents du mouvement ont validé ce partenariat avec les Insoumis de manière unanime. Mais ce n’est pas une fusion. Nous sommes tombés d’accord moins sur les personnes que sur une démarche dont Elliott Aubin [leader lyonnais des Insoumis] et moi serons les animateurs. Nous voulons – désolée pour le néologisme – déconfisquer Lyon. Le retour de Gérard Collomb a montré comment une équipe s’est accaparé une ville au détriment de ses habitants. Nous voulons rendre Lyon aux Lyonnais. Pour gagner en 2020, le Gram n’était pas suffisant. De son côté, La France Insoumise a conscience de la nécessité à s’ouvrir. Nous avons intégré que, seuls, nous n’y arriverions pas. Nous souhaitons que les Lyonnais qui veulent se réapproprier leur ville constituent une liste citoyenne soutenue par le Gram et les Insoumis. Nous voulons que ce rassemblement dépasse nos partis. Nous lançons donc un appel ce lundi [19 novembre] pour créer cet élan autour de notre rassemblement, Lyon en commun. Cette terminologie appartient à La France Insoumise, mais elle me va bien. Si quelqu’un s’est battu à Lyon contre la privatisation de l’eau ou le Grand Stade, c’est bien moi. Nous allons recenser dans toute la ville les initiatives portées par des citoyens. Durant nos campagnes des législatives, avec Elliott Aubin, nous avons senti une énergie dans la ville. De nombreuses initiatives échappent aux corps intermédiaires. Elles doivent être la sève de notre proposition politique.Vous dites lancer un mouvement citoyen, mais il ne le sera pas trop, puisqu’il sera chapeauté par vous et les Insoumis…

Il vous reste 88 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut