Georges Fenech veut "supprimer le secret de l'instruction"

Invité d'Europe 1 ce vendredi matin, le député UMP du Rhône Georges Fenech s'est déclaré favorable à une grande réforme pénale en France, incluant notamment la suppression du secret de l'instruction.

Ancien magistrat, le député UMP du Rhône Georges Fenech était l'invité d'Europe 1 ce vendredi pour évoquer les dernières évolutions de l'affaire Fillon-Jouyet, alors que le tribunal de grande instance de Paris a refusé jeudi la requête de François Fillon de récupérer l'intégralité des enregistrements détenus par les journalistes du Monde.

Pour Georges Fenech, cette décision "est tout à fait logique. Un journaliste n'est pas obligé de livrer ses sources et c'est une bonne chose. La plainte déposée en diffamation sera plus intéressante".

Pour lui, en revanche, c'est le secret de l'instruction qui est au centre de cette affaire. "Le secret de l'instruction est bafoué quotidiennement. J'ai lu le dernier livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme et totalisé quelque 70 violations du secret de l'instruction. On arrive à un journalisme d'inquisition et non plus d'investigation. Dans cette affaire, on brûle sur un bûcher en place publique l'ancien président de la République."

"Pour une grande réforme de notre procédure pénal"

Face à ce constat, Georges Fenech prône une "grande réforme de notre procédure pénale. Il faut trouver un système plus contradictoire qui défendrait aussi bien la présomption d'innocence que le droit à l'information. Je suis partisan d'une suppression totale du secret de l'instruction. Certaines sources illégales d'informations des journalistes disparaîtraient et je m'en réjouirais."

Parmi ces "sources illégales", Georges Fenech vise plus particulièrement les informateurs des deux journalistes du Monde, dont il révèle ses soupçons sur l'identité. "Ces journalistes sont allés à l’Elysée, au pôle économique et financier et au ministère de la Justice et quelques jours après, ces informations sont publiées alors qu'elles n'auraient jamais dû l'être" a-t-il lancé.

à lire également
Dans un tweet, la députée LREM de la 5e circonscription du Rhône n'a pas hésité à faire part de la remarque de son enfant pour ajouter sa pierre à l'édifice de la critique sur la Une du magazine Le Monde qui a suscité une vague d'indignation ce week-end.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut