pascal terrasse

Fusion Drôme/Ardèche : Collomb renvoyé dans ses cordes

Dans une interview à Acteurs Publics, le maire de Lyon avait proposé la disparition du Rhône et la fusion de la Drôme et de l'Ardèche. Les présidents socialistes des conseils généraux concernés ont accueilli ces idées avec un "étonnement amusé". Gérard Collomb espère l'effacement du Département du Rhône face à la montée en puissance de la métropole.

C'est avec un "étonnement amusé" que les présidents PS des conseils généraux de Drôme et d'Ardèche ont accueilli les propositions de reformes territoriales de Gérard Collomb. Dans une interview à Acteurs Publics, le maire de Lyon lance : "j'aimerais qu'en Rhône-Alpes, la Drôme et l'Ardèche fusionnent". "Dans le Rhône où l'agglomération couvre les deux tiers du département, on ferait une communauté d'agglomération du côté du Beaujolais, une autre du côté de Tarare et nous n'aurions plus besoin du département", ajoute-t-il. Voilà qui pulvériserait du même coup Michel Mercier, le président du Département à qui il s'oppose souvent.

Collomb sur la même ligne que Perben

didier guillaume ()

Le Garde des Sceaux s'est bien gardé de répondre. En revanche, Didier Guillaume (photo ci-contre) et Pascal Terrasse, présidents des conseils généraux de la Drôme et de l'Ardèche, ont réagi au quart de tour, se fendant d'un communiqué. "C'est une bonne nouvelle pour nos deux départements et pour le Sud de Rhône-Alpes de savoir que le maire de Lyon se préoccupe de notre avenir", commencent-ils, ironiques. "Qu'il se rassure, poursuivent-ils. L'entente entre la Drôme et l'Ardèche est étroite et la coopération interdépartementale est efficace". Et d'énumérer les sujets de collaboration tels l'aménagement numérique du territoire, le co-voiturage ou l'enseignement supérieur. Didier Guillaume rappelle qu'une séance de l'Assemblée bi-départementale réunit les élus des deux collectivités.

pascal terrasse ()

"La libre-administration des collectivités, pilier de notre République, ne souffre aucune ingérence. Notre choix n'est pas celui d'une 'fusion acquisition' mais de la coopération constructive au bénéfice des citoyens", ajoute Pascal Terrasse (photo ci-contre), dans le communiqué.

La proposition de Gérard Collomb renvoie au débat de 2009, au moment de la constitution d'un comité pour la réforme des collectivités locales, présidé par Edouard Balladur. Plusieurs pistes avaient été envisagées, comme la fusion entre l'Auvergne et Rhône-Alpes ou celle entre la Savoie et la Haute-Savoie. Le rapprochement entre l'agglomération lyonnaise et le département du Rhône avait été défendu par Dominique Perben qui siégeait au comité - une proposition équivalente à celle de Gérard Collomb aujourd'hui. A l'époque, certains demandaient la disparition de l'échelon départemental, d'autres seulement pour les départements englobant de grandes agglomérations. Ces pistes allaient dans le sens de la rationalisation de l'action publique, mais la réforme, ambitieuse dans son principe, a plutôt accouché d'une souris.

Ce n'est pas un hasard si Gérard Collomb relance cette idée alors même qu'il essaie de lancer un pôle métropolitain (lequel a d'ailleurs été créé par ce même comité Balladur). Dans l'esprit du maire de Lyon, cette métropole supplanterait le département et prendrait des prérogatives économiques à la Région. On l'imagine, Collomb se verrait bien à la tête de cette nouvelle institution.

à lire également
L'aqueduc du Gier
De 49 384 euros collectés pour l'aqueduc romain à 150 euros pour le château Renaissance du Bon Repos, où en sont les dons des Français à la mission patrimoine orchestrée par le Lyonnais Stéphane Bern dans une région qui compte aujourd'hui près de 4 700 monuments classés ? Lyon Capitale fait le point en ce premier jour des Journées du patrimoine. 
4 commentaires
  1. Yvan, de Lyon - 8 juin 2011

    C'est vrai ça, pourquoi personne n'y à penser avant ? Ne pourrait-on pas aller plus loin encore ?La Bretagne ne pourrait-elle pas fusionner avec la Corse ?Mieux encore, tous les départements et régions de France, fusionneraient, pour faire évoluer la France au stade de département d'Europe ! Soyons fous, un seul département, une seule région, un seul pays sur terre, non ?! Un seul président...Le rêve suprême pour les girouettes déboussolées en quête de pouvoir !Face à de tels propos, je crois que l'ironie est indispensable ! Ainsi on évite de s'interroger, sur le contexte où ils ont été tenus...

  2. Sphinx03 - 9 juin 2011

    Oui, plutôt que cela, optons pour l'enchevêtrement des compétences, des responsabilités, des collectivités, des politiques et des financements; optons pour un système ou tout le monde se rejette les responsabilités. Une simplification des politiques locales autour de la métropole, pourquoi pas? Autour de Collomb, je suis moins certain...

  3. RUOURS - 9 juin 2011

    Une belle preuve du totalitarisme exercé par Mr Collomb.Comme pour tous les grands projets à Lyon ne voulant pas de concertation il exerce en TSAR. Echec de la rue GROLEE? ECHEC du plan d'Urbanisme, du béton des tours de la partDieu avec une gare inadaptée, des murs de béton avenue Berthelot, route de Genas,Echec du Grand stade, Echec de l'Hôtel Dieu... Echec dans le management du personnel au Grand Lyon et à la Mairie... Mr Collomb avant d'aller prêcher chez nos compétents voisins regardez ce qu'il se passe chez vous...

  4. Marc ANTOINE - 10 juin 2011

    BIEN PLUS CONCERNES PAR CETTE IDEE, SONT LES DEPARTEMENTS DE L'AIN ET DE L'ISERE DONT L'AGGLOMERATION TOUCHENT AU NORD ET A L'EST LEURES LIMITES ADMINISTRATIVES.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut