Antoine Mellies ATTENTION Visuel du candidat

“Fenech fait une campagne à droite puis endort tout le monde”

Antoine Mellies, le candidat FN dans la 11e circonscription du Rhône est l’invité de L’Autre Direct.

Lyon Capitale : Sur cette circonscription il y avait eu une candidate du FN qui avait réussi à se qualifier au second tour en 2012. Quand on voit la fin de campagne ratée de Marine Le Pen et le début de campagne des législatives qui ne semblent pas mieux réussi, est-ce que vous comptez faire mieux que la candidate FN de 2012 ?

Antoine Mellies : Je vais nuancer nos propos sur la campagne législative. Nos candidats sont sur le terrain.

Vous avez promis une vague bleu marine pendant des mois, ça pourrait être une vaguelette.

Attendons les résultats du 1er tour. Et je pense que l'on aura plus de députés qu'en 2012. On fait campagne, on est bien reçus et notre électorat reste fidèle. En politique je considère que lorsque l'on se fait engueuler c'est que ça va bien. C'est à partir du moment ou l'on est ignoré sur les marchés, que tout va mal et que l'on commence une décrue. C'est le cas pour beaucoup de candidats. Beaucoup d'électeurs FN nous disent qu'ils vont nous soutenir parce qu'ils ont bien compris que nous sommes la seule opposition crédible à Emmanuel Macron et qu'il fallait absolument éviter que tous les pleins pouvoirs soient donnés au nouveau président de la République et son Premier ministre Les Républicains. Ensuite, ils sont déçus du résultat du 2e tour et du débat de l'entre-deux tour. Marine Le Pen elle-même a fait son mea culpa et reconnu que ça avait été un débat raté.

Vous êtes face au député sortant Georges Fenech LR, un proche de Laurent Wauquiez. Vous, vous êtes proche de Marion Marechal Le Pen qui a dit qu'elle pourrait travailler avec Laurent Wauquiez. Vous, vous pourriez travailler avec Georges Fenech ?

Il y a un caillou dans votre analyse, George Fenech n'est pas un proche de Laurent Wauquiez.

Oui, mais il est sur la même ligne politique ?

Si je me suis présenté dans cette 11e c'est parce que monsieur Fenech fait une campagne à droite puis endort tout le monde. Il fait semblant d'être de la droite dure. À Givors, il parle de lutte contre le communautarisme. Moi à Givors j'ai fait un recours au tribunal administratif pour contester la vente d'un terrain à une association cultuelle musulmane qui ne respecte pas la loi de 1905. J’ai écrit à monsieur Fenech pour lui demander son soutien en qualité d'ancien magistrat, soucieux du respect de la laïcité. Il ne m'a même pas répondu, puis m'a dit qu'il n'y avait pas matière à agir et ses deux conseillers municipaux ont voté pour la vente de ce terrain. La différence entre monsieur Fenech et moi, c'est que je passe de la parole aux actes. Les électeurs ne veulent pas revivre le syndrome Sarkozy de la campagne permanente à droite avec les actes qui ne sont jamais suivis d'effets.

Retrouvez l'intégralité de notre entretien avec Antoine Mellies dans la vidéo ci-dessous.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut