Gérard Collomb présente son programme environnemental
Gérard Collomb présente son programme environnemental

Écologie à Lyon : Collomb mise sur la science plus que sur des ruptures

Gérard Collomb présentait, ce mardi, son programme environnemental. Un plan que le maire de Lyon veut incitatif et qui s’appuierait, en grande partie, sur les avancées de la science qui rendront plus propres des gestes du quotidien.

Gérard Collomb avait fait de l’écologie le thème de son premier meeting. Ce mardi, il en a fait le premier axe de la présentation de son programme métropolitain qui va s’étaler sur quatre semaines. L’environnement, sujet prioritaire pour les habitants de la métropole, règne sur la campagne et place les écologistes aux portes du pouvoir. Là où les candidats d’Europe Ecologie-Les Verts annoncent que l’heure des petits pas est révolue, Gérard Collomb opte pour l’exact inverse. Le maire de Lyon s’enorgueillit de son bilan en la matière : Vélo’V, les berges du Rhône ou les rives de Saône, l’autopartage, les plans climats ou encore le titre de première ville de France à ne pas utiliser de produits phytosanitaires pour traiter ces espaces verts. “Nous devons changer de braquet”, admet toutefois le maire de Lyon au sortir d’une semaine marquée par un pic de pollution. C’est le braquet plus que le modèle du vélo que Gérard Collomb veut changer.

Continuité

Le candidat à la métropole de Lyon mise sur les progrès scientifiques pour résoudre le défi climatique. Son anneau des sciences sera rendu vert par les voitures électriques ou hydrogènes. L’imperméabilisation des sols sera résolue par des nouveaux bétons qui laissent s’écouler les eaux de pluie. Pour l’écologie, Gérard Collomb ne va pas revoir son modèle lyonnais, mais lui ouvrir un peu plus de place. La plupart des propositions du candidat investi par LREM s’inscrivent dans une forme de continuité : extension des parcs urbains, amplification du dispositif de rénovation thermique des bâtiments, lutte contre l’étalement urbain en densifiant les villes, plus de bio et de local dans les cantines. Son discours reste plus de l’ordre des grandes intentions que des mesures précises comme la création d’un institut de la transition écologique. Parmi les pistes nouvelles, le maire de Lyon lancera un dispositif d'incitation à l'installation de bornes électriques de recharge dans les copropriétés. L'objectif général avancé par le candidat Collomb est de faire de la métropole une des dix agglomérations européennes de référence en matière environnementale.

Incitation

“Il faut être plus incitatif que sur des aspects de père Fouettard”, a encore répété le maire de Lyon interrogé sur la mise en place de possibles mesures coercitives. Sa zone à faible émission sera concertée. Pour Gérard Collomb, la rupture ne s’impose pas ou plutôt elle s’est déjà imposée : “Nos modes de vie ont changé. La manière de consommer des gens a évolué”. La science n’aurait donc plus qu’à amplifier les nouvelles attentes des consommateurs. À ses côtés, le député LREM et universitaire Jean-Luc Fugit abonde : “nous ne sommes pas dans une croyance en la science, mais nous voulons nous appuyer en même temps sur les mentalités qui évoluent et les progrès scientifiques. C’est une vision moderne, volontariste et ambitieuse”. Les 15 et 22 mars prochains, les électeurs donneront leur avis sur l’inflexion du modèle lyonnais théorisé par le maire de Lyon. D’ici là, Gérard Collomb continuera d’emprunter une voie verte : celle du mariage de l’économie et de l’écologie. Son thème préféré, l’attractivité et le développement économique, partage désormais l’affiche avec le défi climatique. C’est peut-être un détail, mais pour Gérard Collomb, ça veut dire beaucoup.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut