Débat présidentiel : à Lyon les militants PS loyaux, mais désespérés

Ce mardi soir, le débat télévisé historique réunissant les onze candidats à l’élection présidentielle a été suivi par près de 5,5 millions de téléspectateurs. Parmi eux, une quarantaine de militants socialistes réunis dans leur QG de Lyon.

Le local PS du 3e arrondissement, tapissé d’affiches de campagne de Benoît Hamon et de prospectus rappelant les hashtags à utiliser sur les réseaux sociaux, est difficilement rempli d’une quarantaine de personnes ce mardi soir.

Une ambiance calme et détendue règne chez les militants socialistes lyonnais lorsque le débat commence. Certains se jettent sur les chaises pour être confortablement installés, prêts à supporter leur champion. D’autres restent tranquillement au fond de la salle, près du buffet dînatoire organisé pour l’occasion. Comme dans une salle de cinéma, les chips remplaçant le popcorn pour les militants.

Si certains applaudissent dès les premières apparitions à l’écran de leur champion, d’autres sont en retrait, rivés sur Twitter. Si l’ambiance est bon enfant, les militants ne perdent pas de vue que Benoit Hamon joue sa dernière carte pour relancer sa campagne. Les premiers coups lancés par le candidat socialiste redonnent espoir à ses partisans. "Il n’a pas été assez incisif lors du premier débat, mais ce soir nous le retrouvons comme nous le connaissons", glisse l’un d’eux.

Au fur et à mesure que le débat avance, les bâillements viennent remplacer les timides applaudissements, les participants écoutant leur candidat religieusement. Parfois, le silence de cathédrale est interrompu par quelques railleries adressées aux candidats adverses. Il faut attendre l’intervention de Philippe Poutou sur la moralisation de la vie politique pour que les militants socialistes se réveillent enfin. Mais l’engouement est de courte durée. Après deux heures de débat, la salle s’est vidée de la moitié des militants présents au début. Ceux qui restent louent la "bonne prestation" de Benoît Hamon, mais ne semblent pas se faire d’illusions quant à la suite de la campagne. Il leur reste 18 jours à tenir.

à lire également
Jean-François Debat
Le président du groupe socialiste de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-François Débat, a annoncé ce jeudi 10 septembre son intention de saisir la Commission nationale des comptes de campagne pour dénoncer la communication du président de la Région, Laurent Wauquiez.
Faire défiler vers le haut