Confluence : stationnement gênant pour les mairies

Le stationnement payant s’étend rapidement à la Confluence, dans le plus grand flou, pour des riverains agacés qui estiment ne pas avoir été informés sur les aménagements dans leur propre quartier. L’occasion d’un renvoi de balle entre la mairie du 2e et la mairie centrale.

Quand il était appelé « Perrache », ce quartier du centre de Lyon était considéré comme la verrue du centre ville. Mais depuis qu’il est nommé « Confluence », il est le centre de toutes les attentions, et mêmes certaines dont quelques riverains se seraient bien passées… A la Confluence, avec le printemps, fleurissent les horodateurs. Leur installation était prévue, et même réclamée selon Jean-Louis Touraine, premier adjoint au maire de Lyon : « Tout ce que j’ai entendu de la part des habitants de ce quartier, c’est qu’ils étaient impatients. »

Si les riverains ne s’opposent pas aux actions qui pourraient aider à désengorger le secteur et à favoriser la rotation des véhicules garés, ils regrettent que le passage au stationnement payant se fasse dans la plus grande désorganisation. « Désorganisation ? Il n’y a pas d’organisation du tout !  », s’agace Martine Fournet-Fayard, habitante irritée. Et pour cause, son quartier est envahi d’horodateurs sans qu’elle ne sache combien il y en aura précisément, où ils seront situés et à partir de quand le stationnement sera payant. Chaque matin elle descend dans la rue et constate, en même temps que tous les habitants, qu’une nouvelle zone payante vient d’éclore.

« Et pourtant, il parait qu’on est concertés »

Pourtant, le 22 mars, Jean-Louis Touraine avait adressé un courrier aux riverains, accompagné d’un plan du quartier délimitant les zones payantes : quelques paragraphes pour justifier les stationnements payants, et quelques lignes pour assurer les riverains d’un tarif de stationnement préférentiel. Seulement, si la forme y est, le fond fait défaut. Pas de dates. Pas d’explications sur la mise en place des zones payantes. Les habitants de la Confluence sont perdus. « Et pourtant, il parait qu’on est concertés » ironise Martine Fournet Fayard. Certains riverains ont tenté de se rendre à la mairie d’arrondissement, avec à la main, tous les documents nécessaires pour se procurer la vignette de résident − fameux sésame à coller sur son pare-brise pour bénéficier du tarif de stationnement préférentiel. Mais encore faudrait-il que la mairie d’arrondissement soit au courant… « On marche sur la tête dans cette affaire ». Le maire du 2e, Denis Broliquier est excédé. « Nous avons le plan que M. Touraine a remis au riverains depuis seulement quinze jours, et encore, c’est un journaliste qui nous l’a amené ». La mairie d’arrondissement serait donc victime d’un manque d’information au même titre que ses riverains.

Des incohérences, des erreurs… et un renvoi de balle

Ce qui gêne M Broliquier, c’est l’absence de concertation. « Cela fait six ans que l’on demande des aménagements. Aujourd’hui, on y aboutit, mais dans la précipitation. Tout se passe à une allure folle. Il y a des incohérences et des erreurs manifestes. Certains horodateurs gênent la circulation sur le trottoir ». Mais pour Jean-Louis Touraine, le projet qui se met en place maintenant est le fruit d’une longue concertation entre les élus locaux, la mairie centrale et les conseils de quartier. Il regrette plutôt que la mairie du 2e se livre à « une diabolisation systématique de la mairie centrale ».

« Je ne volerai pas au secours de M. Touraine »

M. Broliquier ne décolère pas : « Il fait ce qu’il veut il assume. Je ne vais pas voler au secours de M. Touraine ». La mairie d’arrondissement a donc fait le choix de ne pas mettre en place de campagne d’information à l’attention de ses riverains, estimant que c’est du ressors de la mairie centrale. A la Confluence, l’information circule donc de bouche à oreille. Aujourd’hui, Jean-Louis Touraine se dit prêt à envisager de « revoir tous ensemble les documents, et même de prévoir des réunions d’information ».

Steven Belfils

à lire également
L'autoroute A6/A7
David Kimelfeld et Georges Képénékian n’ont pas été ménagés ce mercredi soir par le public, venu très nombreux, à la première réunion publique sur le déclassement de l’A6/A7. Où ont été mises en exergue les difficultés qui attendent les périphéries de la métropole d’ici à 2020, quand le déclassement sera effectif.
9 commentaires
  1. Cybertarien - 6 mai 2010

    Dans le 6ème, on a bien reçu le courrier, signé de Mrs jean-Louis Touraine et Jean-Jacques David - maire dit de 'droite', qui nous annoncent la bonne nouvelle ! Je conclue donc que notre maire d'arrondissement s'entend bien avec la mairie de Lyon pour nous taxer, comme quoi, quand ça les arrange - quand il faut se payer sur le dos des habitants - gauche et droite, c'est même combat !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut