A Lyon, Fillon soutient Perben...et Fillon !

Le contact se fait devant les Négo. Bousculade, gardes du corps nerveux , l'oreillette à l'affut et l'oeil aux aguets. Dominique Perben prend en charge son ami François pour une visite lyonnaise. Voisin (des calissons), puis Bouillet (macarons et chocolats). " Il arrive et aussitôt, il fait beau " s'emerveille quelqu'un. Ouaip, il s'est juste arrêté de pleuvoir un peu. Un petit tour par le manège de la place de la République, on signe le livre d'or, un gosse pleure. Les Fleurs d'Henriette, et direction rue Emile Zola. La Totale : Malleval (Vins et Champagne), Guyot, Pignol, toutes les plus vénérables maisons du Carré d'Or. Sourire ironique de la presse quand il passe la porte de l'enseigne 'L'Arnaque'. Une dame tique 'Aïe, les journalsites vont sûrement reprendre ça'. A votre service. Le Premier Ministre salue la tradition, pas le Lyon qui bouge. Ici ou là, des fans applaudissent. Un énergumène se met à crier " Vive les émeutiers de Villiers-le-Bel ". Les huées couvrent sa voix. On s'achemine vers l'Espace, place Bellecour, où nous attend un point presse et un mâchon lyonnais : Beaujolais, Macon, fromage de tête, saucisson, gratons, tradition, tradition, tradition. Perben parle de son projet pour Lyon. Fillon parle d'autre chose. Il dit que les élections municipales sont très importantes que la droite et la gauche ce n'est pas pareil, que les réformes passeront mieux avec des municipalités de la même couleur politique que la majorité présidentielle. Le Premier Ministre politise le débat, réintroduit les clivages, relance les enjeux nationaux dans la campagne municipale. Il est venu soutenir Perben ? Ou le gouvernement ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut