Remobilisation lyonnaise contre l’extrême droite

Ce samedi, une trentaine d’organisation* appelle à défiler contre l’extrême droite. Une telle manifestation n’avait pas été organisée depuis le 1er mai 2002 alors que Jean-Marie Le Pen était au deuxième tour des présidentielles. Signe de l’inquiétude qui règne.

Ces derniers mois, Lyon a été le théâtre d’un activisme offensif voire violent de la part de groupuscules d’extrême droite. Une trentaine d’organisations* de gauche appelle à “réagir” en appelant à manifester le 10 avril, à partir de 15h de la place Bellecour. Ces organisations ont également réactivé le réseau Vigilance 69 contre l’extrême droite, actif dans les années 90. Autant de signes qui montrent que la liste des actions menées ces derniers mois par l’extrême droite lyonnaise est longue. Illustrations depuis le depuis le début de l’année.

Le 22 janvier, un groupe d’une trentaine d’individus attaque le rassemblement contre la tenue du débat sur l’identité nationale. Bilan : deux blessés. (Lire ici)

Le 1er mars, sur le toit de la gare routière de Perrache, les militants identitaires de Rebeyne, un groupuscule revendiquant une cinquantaine de membres, déploient quelques instant une banderole, "c'est la journée sans immigrés, un rêve devenu réalité".(Lire ici)

Le 6 mars au soir dans le quartier Saint-Jean (Lyon, 5e), trois militants de la Confédération Nationale du Travail (CNT) sont agressés en sortant d'un restaurant par une douzaine de personnes. Une des personnes est hospitalisée suite à diverses blessures à la tête et à une fracture au pouce. Selon l’une des victimes, leurs agresseurs ont notamment crié à plusieurs reprises “Sieg Heil“ et fait des saluts nazis. (Lire ici)

Le lendemain, le 7 mars, une cinquantaine de personnes envahissent le Quick située route de Genas à Villeurbanne, qui teste actuellement une gamme halal. Cachée derrière des masques de porc, ils reprennent en boucle le slogan "Quick halal non merci, l'islamisation ça suffit". L’action est filmée et est notamment diffusée sur le site de Rebeyne qui en revendique la paternité. (Lire ici)

Dans la nuit du 12 au 13 mars, des individus attaquent à coups de barres de fer, de battes de baseball, d'après des témoins cités par le Progrès, des squatteurs occupant un bâtiment appartenant à la municipalité situé au 19 rue Cazeneuve dans le 8e arrondissement de Lyon. D'après nos sources, un cocktail molotov aurait même été lancé. L’inscription “Pas de facho dans nos quartiers” qui ornait un mur donnant sur la rue a d’ailleurs été recouverte au moment de l’agression. Pour les squatters, il ne fait aucun doute : il s’agit d’une énième agression d’extrême droite. (Lire ici)

Le 21 mars, un tract est distribué dans le “parcage” lyonnais au stade Vélodrome lors du déplacement de l’Olympique Lyonnais à Marseille. Il est ensuite repris sur les forums et Facebook. Suite à la mort de Yann Lorence, supporter parisien de 37 ans, décédé des suites de blessures infligées dans des échauffourées de fin de match, des supporters lyonnais ont voulu affirmer leur soutien à la famille, en employant à trois reprises le terme "racailles" et incite clairement à la haine raciale. En voici un extrait : "Victime d'un véritable raz-de-marée "blacks-blancs-beurs" en préambule du match PSG/OM, l'agression dont a été victime Yann touche profondément les supporters de l'Olympique Lyonnais, et les patriotes convaincus que nous sommes. (...) Pas de racailles dans notre pays, pas de pays pour les racailles, repose en paix". Les Bad Gones et Lyon 1950, dont les noms apparaissent sur le tract, se dédouanent de l'affaire (lire ici).

“Au delà des divergences...”
Lors d’une conférence de presse organisée le 6 avril, plusieurs représentants du Réseau Vigilance 69, ont souligné qu”au delà des divergences politiques, ce qui unit toutes les composantes est le respect des libertés démocratiques. Aujourd’hui, ces actions violentes et d’intimidations les remettent en question”. Pour expliquer cette recrudescence d’un activisme d’extrême droite, ils pointent notamment le débat sur l’identité nationale qui a “ouvert, de nouveau, la boîte de pandore”.

* Alternatifs, Alternative Libertaire, Amoureux au ban public, attac-Rhône, Cabiria, CCRASS, CGA, CGT Educ’action, Collectif 69 de défense des sans papiers, COVRA, CRI, FA, FASE69, FCPE, FSE, Gauche unitaire, JCML, Planning familial, MRAP, NPA, OCL, PAG69, Parti de Gauche, Ras l’Front, RESF, RUSF, Solidaires, Sud éducation, Sud culture, Tous ensemble69, TEMOINS, UD CNT69, CNT Interpro 73-74, UJFP, UPC, Les Voraces,...

à lire également
Réfugiés albanais plan Grand Froid janvier 2017 © Tim Douet_0047
Le Collectif de soutien aux réfugiés et migrants de Lyon demande le retrait de la loi droit d'asile et immigration présenté hier à l'assemblée nationale par Gérard Collomb. Les militants accusent la police aux frontières de Lyon d'appliquer les mesures avant même l'adoption de la loi. Ils sont une quinzaine à avoir donné rendez-vous à […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut