Jean-Jack Queyranne Autre Direct 11.12.15
© Tim Douet

Laurent Wauquiez “c’est la politique de la carte Gold” selon Queyranne

Après un long silence depuis sa défaite aux élections régionales, Jean-Jack Queyranne s’est exprimé sur les premiers 100 jours de gestion d’Auvergne-Rhône-Alpes par son successeur, Laurent Wauquiez.

Dans un entretien accordé au Dauphiné libéré, l'ancien président du conseil régional rhônalpin a répondu aux attaques de Laurent Wauquiez sur le bilan de ses dix années d'exercice. Jean-Jack Queyranne a attaqué le nouveau président du conseil régional sur son cumul des mandats. "Je note qu’il est toujours dans le cumul des mandats et, à la différence de Bruno Le Maire ou Valérie Pécresse, il a conservé son parachute doré du Conseil d’État. C’est sa façon à lui de masquer le vide de ses premiers 100 jours de présidence", a-t-il critiqué.

Une critique des 100 premiers jours et notamment du budget 2016. "Ce budget, ou au moins ce que l’on en sait, ne présente aucun investissement nouveau. On est au même niveau qu’avant la fusion en additionnant les investissements de l’Auvergne et de Rhône-Alpes. La réduction des dépenses administratives est un trompe-l’œil. Pour le reste, ce sont les associations et le monde culturel qui vont payer les économies. Avec Laurent Wauquiez, la Région revient à une politique clientéliste, c’est la politique de la carte Gold. Elle va distribuer à ceux qui seront bien vus", a regretté l'actuel conseiller régional.

Sur la forme, Jean-Jack Queyranne accuse aussi Laurent Wauquiez d'utiliser une "rhétorique de l’extrême droite, le fameux “Tous pourris”" à son égard. Laurent Wauquiez avait parlé d'une "gestion criminelle" de la part de l'ancien président socialiste du conseil régional.

4 commentaires
  1. spacelex - 30 mars 2016

    Le 'long silence' ne l'aura été que pour Lyoncapitale semble t'il. Cet air hautain qui le caractérisait tant en président, se mue en aigreur et en fiel. 'le respect pour les électeurs' le poussant à ne pas prendre sa retraite est, je crois, la pièce de choix de ce ... monologue. Il reproche au budget, qui n'existe pas encore, de ne comporter aucune économie tout en prédisant que ' les associations et le monde culturel [qui] vont payer les économies'. Faudrait savoir! D'ailleurs qu'y avait-il à attendre d'un nouvelle 'organisation' griffonnée à la va vite un dimanche soir à l’Élysée entre le chef, le sous chef et le caporal chef d'un exécutif aux aboies, tentant de se sauver d'un Énième cataclysme électoral? RIEN. Ou plutôt si, un FN encore plus fort. Grâce au PS. Depuis 1981.

  2. Robes Pierre - 30 mars 2016

    il restera l'homme des déficits avec un musée folie 5 fois les prévisions, un palais Charlemagne qui ne va plus correspondre à la fusion prévisible des régions et 40 ans de politique

  3. Marine - 30 mars 2016

    Facile de critiquer. Les mandats précédents ont plongé la région dans la dette. Ce que les élus PS ne digèrent pas c'est la défaite !!Maintenant certaines subventions peuvent être supprimées ; pas grave. Je pense que le PS a aussi fait une politique clientéliste !!!! il suffit de voir certaines subventions avec de l'argent du contribuable. Monsieur QUEYRANNE partez à la retraite, et taisez-vous ! merci pour nous.

  4. Black_Eagle - 31 mars 2016

    L’État n’a plus d’argent ? C’est la crise ? Ne vous inquiétez pas : chaque poste de dépense sera ausculté et le budget sera calculé à l’euro près. Toutes les économies possibles seront faites, si, si, vous allez voir. Et à part ça, dans le cadre de la commission culture de la région Rhône Alpes-Auvergne, Laurent Wauquiez (LR) a accordé une subvention de 260 000 euros à une entité du nom de CITIA pour le Festival du ciné Osé « CHAUD LAPIN » basé à Annecy !Lire la suite ici : http://themis-estlyonnais.fr/articles.php?lng=fr&pg=518&mnuid=344&tconfig=0Ah, Polémique quand tu nous tient...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut